Categories Fonctionnez mieux

Misez sur la motricité libre pour maximiser le développement de votre enfant

Nous vous l’avons souvent mentionné : les premières années de vie de l’enfant sont exceptionnelles et exigeantes à la fois. Elles lui permettent de se mettre debout, bouger, parler, créer des liens affectifs avec son environnement, développer son propre caractère et ses propres intérêts. En tant que parent, il est facile de se perdre dans le flot d’informations en lien avec les bonnes ou moins bonnes habitudes à prendre afin de supporter notre enfant dans son développement. Cet article vous permettra de mieux comprendre la place que pourrait prendre la motricité libre dans le développement de votre enfant.

Le développement global et son importance

Tout comme les 9 mois de grossesse, les premières années de vie sont d’une importance capitale pour l’enfant. La stimulation extérieure est essentielle afin qu’il puisse développer son plein potentiel.

C’est dans cette période que tout se développe :

  • Développement de la motricité globale
  • Développement de la motricité fine
  • Développement cognitif
  • Développement du langage
  • Développement des émotions
  • Développement social

Le développement de l’enfant est orchestré par un système nerveux en santé et stimulé adéquatement. Plusieurs stratégies peuvent être mises en place pour le stimuler de façon optimale et c’est à vous, en tant que parent, de déterminer ce qui vous rejoint le mieux.

D’un point de vue chiropratique, la motricité libre est souvent mise de l’avant lors de nos discussions sur le développement de l’enfant. Ce concept a été proposé par Emmi Pikler, pédiatre, et sa définition est celle-ci :

La motricité libre consiste à laisser libre cours à tous les mouvements spontanés de l’enfant sans lui enseigner quelque mouvement que ce soit.

Le lien entre un système nerveux qui fonctionne optimalement et la motricité libre est sans équivoque. Puisque la vision chiropratique prône le fait que le corps peut s’autoréguler par lui-même, le fait de laisser l’enfant se développer à son gré prend tout son sens, surtout lorsque le système nerveux ne comporte pas d’interférence. En ce sens, si le corps fonctionne optimalement, le système nerveux en fait de même. C’est gagnant!

La motricité libre est l’expression la plus parfaite d’un corps qui sait ce qu’il doit faire et surtout, comment le faire. C’est l’enfant lui-même qui est maître de ce qu’il fait et où il va et c’est en majeure partie pour cette raison qu’il développe ses aptitudes motrices et son autonomie.

Dans une ère où la pression sociale est forte, il n’est pas rare que le parent tombe dans le panneau du respect trop exigeant des étapes de développement de son enfant. Il peut être porté à le mettre en position assise trop tôt pour “le pratiquer”, mais dans les faits, cela ne respecte pas les capacités physiques de son enfant.

À vouloir accélérer les étapes de développement, on peut créer une entrave au rythme de l’enfant, ce qui en soit, pourrait même aller jusqu’à avoir l’effet contraire, c’est-à-dire repousser le développement et avoir un impact négatif sur ses structures neuromusculosquelettiques. Soyez avisé!

La motricité libre : un concept de plus de 60 ans

Vous l’avez compris : la motricité libre laisse l’enfant se développer à son rythme. À moins d’un diagnostic précis, on le répète, il finira par atteindre les étapes de développement moteur sans aucun problème, alors pourquoi ne pas le laisser aller seul?

Avec une surveillance mais sans aide précise, un enfant a toutes les capacités pour développer sa motricité par lui-même. Déposez-le au sol et vous verrez comment il se comportera! Il passera à travers toutes ces étapes :

  1. Il partira de la position sur le dos, se tournera sur le ventre et fera des roulades.
  2. Il se retrouvera sur le ventre, débutera les mouvements pour initier la position mimant le 4 pattes, sur les genoux et les mains, pour finalement être capable de le faire facilement.
  3. Il travaillera à développer la position assise.
  4. Il apprendra à se mettre debout en s’appuyant sur des objets.
  5. Il se tiendra debout sans avoir à se supporter.

Outre les capacités motrices, la motricité libre comporte d’autres avantages pour l’enfant :

  • Elle favorise l’autonomie.
  • Elle respecte l’anatomie.
  • Elle laisse place au développement de la créativité, de la confiance et de l’estime de soi.
  • Diminue les risques de plagiocéphalie en plaçant régulièrement l’enfant sur le ventre.
  • Aide à une meilleure connaissance de son environnement.
  • Elle permet à l’enfant de se sentir libre.

Comment aider mon enfant dans sa motricité libre?

Un enfant qui utilise la motricité libre est un enfant qui n’a pas de limite de mouvement. Pour cette raison, il est important de s’assurer qu’il n’a pas de restrictions articulaires.

La chiropratique pourrait être un excellent moyen de faire évaluer la fonction du système neuromusculosquelettique de votre enfant. De par sa formation comme docteur en chiropratique, votre chiropraticien est en mesure d’évaluer, émettre un diagnostic chiropratique et traiter en fonction de ce qu’il trouve comme résultats d’examens. Que son patient soit un bébé naissant ou une personne du troisième âge, il saura déterminer la marche à suivre pour optimiser la fonction de son système nerveux. N’hésitez pas à contacter votre chiropraticien de famille!

Une fois que le côté “santé neurovertébrale” est évalué, votre rôle est de vous assurer que l’environnement de votre enfant soit sécuritaire et adapté à ses besoins afin de le laisser exploiter son environnement à son maximum :

  • Mettez des jouets d’éveil à sa disposition
  • Utilisez un tapis d’éveil
  • Mettez des barrières près des escaliers
  • Utilisez des verrous pour les portes d’armoires et les tiroirs
  • Assurez-vous que les prises électriques ne soient pas accessibles ou qu’elles soient bouchées
  • Enlevez les nappes longues afin que l’enfant ne tire pas dessus et reçoive des bibelots sur la tête
  • Habillez-le convenablement, afin qu’il ne soit pas limité dans ses mouvements

Avec ces conseils, vous aurez tout en main pour vous assurer que le développement moteur de votre enfant soit libre et optimal!

Categories Fonctionnez mieux

Gestion du temps : et si c’était plus simple qu’on ne le croit?

“La vie va trop vite”. “Je suis fatigué et j’ai eu une grosse semaine au travail, je n’ai pas eu le temps de le faire”. “Avec la routine des enfants, je n’ai pas le temps d’aller marcher”, “Il faudrait que je prenne le temps”.

Avez-vous remarqué ce que ces phrases ont en commun? Le manque de temps bien sûr, mais aussi le fait de remettre la responsabilité de ce manque sur l’environnement que nous nous sommes créé. Si il y a une certitude, c’est que le temps disponible ne varie pas d’une personne à une autre et qu’il nous appartient d’en faire ce que nous souhaitons, et ce, en fonction de l’importance que nous y accordons. Cet article vous aidera à mettre vos priorités en place afin de faire un pied de nez au “supposé” manque de temps.

Quelques faits liés au temps

Certains faits ne sont pas contestables : ce sont des vérités absolues. L’une des certitudes de la vie est que dans une journée, il y a 24 heures, 1 440 minutes et 86 400 secondes. Ce que l’on décide d’en faire nous appartient. Tout est une question de choix, ne l’oubliez pas!

  • Vous avez choisi de faire une carrière professionnelle? C’est parfait!
  • Le rôle de mère vous comble et vous décidez de prioriser votre famille? C’est tout aussi parfait!
  • Vous vous levez plus tôt que la marmaille pour vous entraîner? Tant mieux!
  • Vous préférez bouger le soir quand elle est couchée? Super!
  • Le soir, vous le consacrez à vos téléromans? Excellent!
  • Vous choisissez d’acheter des plats préparés pour passer plus de temps avec ceux qui vous sont chers? C’est une super idée!
  • Peu importe votre choix, assumez-le et prenez-le pour les bonnes raisons! Vous êtes le maître de votre temps, ne l’oubliez pas!

Le temps mis à notre disposition nous est compté. Pourquoi donc se battre contre lui ou remettre à plus tard ce qu’on sait qui est bon pour nous? Ne voyez pas cette affirmation comme quelque chose de négatif ou de défaitiste, mais entrevoyez surtout toutes les possibilités qui s’offrent à vous afin de vous réaliser pleinement et en toute conscience. C’est la clé!

Le temps vous appartient et il est précieux. La seconde qui vient de passer ne reviendra plus, en êtes-vous conscient? À vous de décider ce que vous ferez de la prochaine, tout comme les 86 399 autres à votre disposition pour les 24 prochaines heures!

Faites de votre temps un allié, pas un adversaire!

Dans l’ère actuelle, le temps est devenu une denrée rare. Il est presque rendu un concept intangible et futile. Pourtant, dans un passé pas si lointain, personne ne se plaignait de ne pas en avoir assez!

On faisait avec ce qui était mis à notre disposition afin de lui rendre justice. L’horaire qu’on se créait dépendait des heures d’ensoleillement et au final, tout était accompli. Soyez sans crainte, il n’est pas question ici de remettre en cause l’arrivée des technologies. Il s’agit plutôt de faire voir des perspectives différentes, avec, au final, le même nombre d’heures dans une journée.

Lisez ce qui suit afin de mettre cette perspective en place et finalement rendre votre gestion du temps plus simple que vous le croyez!

1. Vous avez la chance de vivre dans un monde de liberté aux possibilités infinies, soyez conséquent!

Ces dernières nous orientent vers la latitude des choix, ce qui est un privilège en soi. Cependant, il faut faire attention de ne pas s’y perdre. Comme le dit le dicton : trop, c’est comme pas assez!

Afin d’éviter de s’éparpiller, mettre en lumière ses priorités de vie est essentiel.

  • Quels sont vos intérêts premiers?
  • Avec qui voulez-vous passer du temps de qualité?
  • Quel est le nombre d’heures par semaine que vous désirez attribuer au travail, aux loisirs, à la famille, à votre couple, à l’activité physique, à vous-même de façon solitaire?
  • Quelle place occupe le sommeil dans votre vie? Croyez-vous que ce besoin est suffisamment comblé? En avez-vous besoin davantage?

2. Assumez vos choix.

La beauté de la chose, c’est que rien n’est permanent. Tout bouge, tout évolue. Rien n’est statique et tout peut changer en fonction des besoins. Tant que chaque décision est prise pour les bonnes raisons, tout peut être malléable. En conséquence, n’ayez pas peur de faire des choix et de les assumer. Le doute et l’incertitude ne mènent jamais à une expérience bénéfique et mieux vaut assumer pour s’ajuster au besoin que de vivre dans les suppositions. Si le temps a l’habitude de vous filer entre les doigts, mettez ces trucs en application :

– Chaque jour, prenez une décision bénéfique en lien avec votre horaire.

Pensez à vos priorités de vie et mettez-les de l’avant.

Si vous désirez passer plus de temps avec vos enfants, diminuez votre temps d’écran ou proposez un souper pique-nique sur le terrain pour discuter en famille. Faites-leur la surprise d’aller les chercher à l’école et restez au parc avant le retour à la maison. Pas de changement, pas d’agrément!

– Pensez à vous

Sachant que vous êtes le seul maître de votre temps, pensez à vous et planifiez votre temps sans vous dire que c’est égoïste de le faire. Sans nous en rendre compte, nous avons développé l’habitude de ne pas s’accorder la priorité. Parce que notre ère actuelle prône le “on n’a rien pour rien” ou le “no pain, no gain”, il est facile de suivre cette voie orientée vers l’oubli de ce qui prime pour nous. Vous verrez, en ayant conscience de vos priorités et en les mettant à l’avant-plan, le temps vous sera plus accessible.

– Ayez du plaisir à penser à vous et à votre horaire

À défaut de répéter, toute action posée pour les bonnes raisons a un impact positif sur le temps qui nous est accordé. En contrepartie, si elle est posée “juste parce que”, le bienfait ne sera pas le même. En étant assez honnête envers vous-mêmes, vous trouverez du plaisir à cette démarche et serez en paix avec vos choix.

3. Faites une rétrospective régulièrement

Comme mentionné précédemment, tout bouge. Vos besoins changent et ceux de votre famille aussi. En conséquence, une mise à jour de vos priorités peut grandement aider à orienter vos décisions quant à l’usage de votre temps. C’est tout à fait normal et sain de le faire. Ajoutez-y un peu de plaisir et le tour sera joué!

Categories Fonctionnez mieux

Découvrez les 5 conditions les plus fréquentes ciblant le coude

Le coude occupe une place importante parmi les articulations les plus sollicitées du corps humain. Si les jambes sont impliquées dans la plupart des mouvements quotidiens, le haut du corps ne donne pas sa place et n’est pas à négliger. L’amplitude de mouvement du coude n’est pas la plus grande, toutefois, on doit y porter une attention particulière puisque lorsqu’elle n’est pas optimale, les restrictions arrivent et les complications suivent aussi! Cet article vous permettra de comprendre le fonctionnement de l’articulation du coude, mettra en lumière différentes conditions et vous donnera certains conseils afin de préserver son amplitude maximale.

Bien comprendre les mouvements du coude

Contrairement à une grande articulation comme celle de l’épaule ou de la hanche, l’articulation du coude ne permet pas des mouvements dans tous les axes. Est-ce un problème en soi? Bien sûr que non! En collaboration avec le poignet et l’épaule, cette articulation permet au membre supérieur de créer une foule de mouvements tout aussi importants les uns que les autres. Sans la flexion du coude, il vous serait impossible de porter des aliments à votre bouche, pensez-y!

L’articulation du coude peut exécuter 4 types de mouvements :

  1. La flexion (entre 140 et 150 degrés d’amplitude)
    La flexion du coude permet de le plier, c’est-à-dire de rapprocher l’avant-bras vers l’épaule.
  2. L’extension (entre 0 et 10 degrés)
    L’extension du coude permet d’éloigner au maximum la main de l’épaule. Ce mouvement est très petit.
  3. La supination (90 degrés)
    La supination du coude permet de faire bouger la main et le poignet en tournant la paume vers le plafond.
  4. La pronation (90 degrés)
    La pronation du coude permet de faire bouger la main et le poignet en tournant la paume vers le sol.

La flexion représente l’amplitude de mouvement la plus grande de cette articulation. La pronation et la supination sont, quant à elles, moins grandes, mais grâce à elles, les mouvements du poignet et de la main se voient bonifiés. À tort, on pense que ces mouvements proviennent du poignet, mais dans les faits, ils sont effectués grâce au coude. L’ulna et le radius (regardez bien l’image) bougent à partir du coude et non du poignet.

Le coude : différentes conditions à différents âges

Les conditions touchant le coude sont nombreuses. Elles n’ont pas toutes les mêmes implications et ne touchent pas le même type de patient.

  • Pendant la petite enfance, les structures anatomiques du coude ne sont pas aussi stables et fortes qu’à l’âge adulte. En conséquence, la dislocation de la tête du radius peut être fréquente.
  • Plus vieux, les enfants (et les adultes) commencent à jouer avec plus d’ardeur. Les risques de fractures augmentent donc. On tombe sur les coudes en glissant d’une grosse butte de neige, on chute à trottinette… Les protections sont donc essentielles, n’est-ce pas?
  • Lorsqu’arrive la pratique d’un sport de façon plus fréquente, les tendinites peuvent se développer en raison de la sursollicitation. Si le sport est mal pratiqué, la même chose peut se produire. La bursite peut aussi se développer.
  • Au moment de travailler (pensons aux travailleurs de bureau), la posture est essentielle afin d’éviter l’apparition de douleur au coude (ex.: tendinite).
  • Avec le processus de vieillissement et suite aux différents traumatismes (gros et moins gros) subis au cours de la vie, l’ostéoarthrose peut apparaître au niveau du coude.

Tant de possibilités pour une si petite articulation. Pour cette raison, il est essentiel d’être conscient de son environnement et des conseils qui peuvent nous être donnés afin de maximiser la santé.

Comment maintenir les amplitudes de mouvement du coude

D’un point de vue chiropratique, la préservation du mouvement articulaire est cruciale afin de maintenir les acquis et avoir une santé optimale. L’articulation du coude ne fait pas exception.

Plus une articulation possède un mouvement optimal, plus le système nerveux envoie des signaux optimaux à cette dernière. En d’autres mots, la “circulation” de l’information nerveuse entre l’articulation et les autres composantes du système neuromusculosquelettique est optimale. Une conduction nerveuse optimale a plusieurs avantages :

  • Maintien des amplitudes de mouvement articulaire
  • Diminution des risques de blessures
  • Meilleure adaptation du mouvement à l’environnement
  • Diminution des risques de développement d’ostéoarthrose (arthrose)
  • Meilleure souplesse des structures environnantes (ex.: ligaments et tendons)
  • En cas de douleur ou d’un diagnostic chiropratique, meilleure capacité de récupération
  • Meilleure endurance générale de l’articulation

La façon la plus facile de maintenir les amplitudes de mouvement du coude est d’être actif régulièrement.

L’inactivité est l’une des causes principales du développement de plusieurs conditions de santé. Si auparavant l’activité physique était nécessaire à la survie de l’être humain, elle peut aujourd’hui être considérée comme optionnelle. Il est possible de se lever le matin sans avoir à sortir de la maison pour se nourrir et travailler. En conséquence, la sédentarité contribue sans contredit à la diminution des capacités physiques de l’être humain et donc, à long terme, à la perte de mouvement des diverses articulations.

Comme mentionné précédemment, le mouvement articulaire est influencé par le bon fonctionnement du système neuromusculosquelettique. La chiropratique, de par sa vision globale de la santé, opte pour un suivi qui pourra à la fois agir directement au niveau articulaire lors des ajustements chiropratiques tout en donnant des conseils santé généraux qui auront le même objectif :

  • Modification de la posture de sommeil
  • Modification de la posture de travail à l’ordinateur
  • Modification de la posture générale
  • Amélioration de la posture lors des sports
  • Exercices d’étirement (à préconiser pour les travailleurs de bureau)

    1. Étirement des fléchisseurs du poignet
    – En allongeant complètement le bras devant soi et en plaçant la paume de la main vers le plafond, utiliser la main opposée pour pousser la main vers le sol.
    – Maintenir cette position entre 30 et 40 secondes, sans trop pousser pour éviter de développer une douleur.
    – Alterner entre les 2 mains et répéter 2 fois chaque côté

    2. Étirement des extenseurs du poignet
    – En allongeant complètement le bras devant soi et en plaçant la paume de main vers le sol, utiliser la main opposée pour pousser la main vers le plafond.
    – Maintenir cette position entre 30 et 40 secondes, sans trop pousser pour éviter de développer une douleur.
    – Alterner entre les 2 mains et répéter 2 fois chaque côté
  • Exercices de renforcement au besoin

La chiropratique est donc un excellent moyen à envisager afin de maintenir les acquis en termes d’amplitude de mouvement. Ne vous privez pas de l’expertise en santé neurovertébrale de votre chiropraticien, elle pourrait grandement vous aider dans l’atteinte de vos objectifs de santé!

Categories Bougez mieux, Fonctionnez mieux, Mangez mieux, Pensez mieux

Les 4 meilleurs trucs afin d’optimiser votre suivi chiropratique (et votre santé globale)

La vision globale de la santé est au cœur de la philosophie chiropratique. Pour cette raison, votre chiropraticien se fait un devoir de vous donner, jour après jour, des conseils pour optimiser votre santé et par le fait même amener plusieurs bénéfices à votre suivi chiropratique. Cet article vous donnera une foule de conseils à mettre en pratique afin de bonifier vos rencontres chez votre chiropraticien tout en rendant votre quotidien encore plus équilibré.

La santé globale : à la base du bien-être

Rares sont ceux qui seraient prêts à dire non à un état de bien-être général, n’est-ce pas? Avec un suivi en chiropratique, la santé globale est une priorité et en conséquence, chaque action posée par votre chiropraticien sera orientée dans cette direction.

À tort, on pense que la santé se définit par l’absence de maladie. Nous pensons plutôt qu’elle devrait se définir par l’optimisation de tous les systèmes du corps humain, comme par exemple :

  • Système neuromusculosquelettique
  • Système cardiovasculaire
  • Système pulmonaire
  • Système endocrinien
  • Système sanguin
  • Système visuel
  • Système digestif
  • La peau
  • Système urinaire
  • Système reproducteur
  • Les dimensions affectives et psychologiques
  • etc.

Saviez-vous que tous ces systèmes sont contrôlés par le système nerveux? Sans lui, les connexions essentielles au fonctionnement des autres systèmes sont impossibles, ce qui peut avoir un impact important sur la santé. Un système nerveux qui ne fonctionne pas optimalement peut nuire au fonctionnement des autres systèmes. Le maximiser serait donc un atout indéniable afin de vous permettre d’avoir une santé globale à toute épreuve. Voici donc des conseils à mettre en pratique si vous souhaitez que votre système nerveux crée les meilleures connexions possibles, principalement entre vos ajustements chiropratiques.

1. Suivez les recommandations de votre chiropraticien

Lorsque débute le suivi chiropratique, votre chiropraticien vous propose une fréquence de traitement directement en lien avec votre condition. Cette recommandation est basée sur les résultats d’examens physiques effectués, son diagnostic chiropratique et son jugement clinique. Pour maximiser le fonctionnement du système nerveux et optimiser la condition de santé pour laquelle vous consultez, il est important de prendre en considération les recommandations concernant la fréquence des traitements. En prenant la décision d’investir dans votre santé, vous devez penser à long terme et suivre les conseils qui vous sont donnés. Votre santé vous remerciera!

2. Soyez actifs

Nous vous le répétons et les preuves sont faites; l’activité physique quotidienne est essentielle. Prenez en considération tout ce qui peut être obtenu lorsque vous bougez quotidiennement :

  • Augmentation de l’énergie, donc plus d’entrain et d’endurance.
  • Meilleur sommeil, donc meilleure récupération et amélioration du bien-être général.
  • Maintien de la mobilité articulaire, ce qui permet au système nerveux d’acheminer les bonnes informations aux structures impliquées.
  • Maintien des fonctions cardiovasculaires, ce qui favorise un bon apport sanguin partout dans le corps, y compris aux structures neurologiques. N’oubliez pas! Un système nerveux qui fonctionne bien, c’est la clé!
  • Stimule le système musculaire, donc aide à supporter le corps tout au long de la journée tout en apportant la force nécessaire aux différentes régions qui en ont besoin.
  • Aide à la motricité globale, ce qui encore une fois, permet au corps de maintenir son état de santé optimal et récupérer plus facilement de certaines conditions.
  • Procure un état de bien-être, car les endorphines sécrétées pendant l’activité physique sont les hormones qui sont directement liées à un état de joie et de bonheur.
  • Suite à un ajustement chiropratique, il est possible que certaines courbatures apparaissent. En pratiquant une activité physique régulièrement, votre corps est stimulé de façon continue, ce qui peut aider à éviter les courbatures.

Votre chiropraticien vous recommande d’être actif, mais vous avez peine à bouger? Pensez à votre enfant qui pousse derrière et qui aura besoin de vous longtemps, ça devrait suffire à vous convaincre!

3. Buvez, encore et toujours!

Tout comme l’activité physique, la recommandation de s’hydrater quotidiennement n’a plus de preuve à faire. En étant hydraté, vous allez chercher des bénéfices importants pour votre santé globale, tout en favorisant une bonne récupération suite à votre traitement chiropratique :

  • Les disques intervertébraux sont constitués en majorité d’eau. Il est donc important qu’ils soient hydratés, comme le reste des autres structures du corps humain. Pensez-y : en ayant un impact sur vos articulations intervertébrales, l’eau vous aide à avoir un meilleur mouvement et une meilleure posture!
  • En buvant une quantité adéquate d’eau, vous évitez l’apparition de différents effets liés à la déshydratation :

4. Favorisez une bonne posture

Bien que de plus en plus de familles consultent en chiropratique afin d’optimiser leur santé, les conditions de douleur constituent encore une bonne proportion des visites en clinique.

Partant du fait que plusieurs conditions de santé sont dues à des troubles posturaux, votre chiropraticien abordera sans doute le sujet avec vous. Optimiser un suivi chiropratique passe inévitablement par la mise en place de postures plus équilibrées, puisque si ces dernières sont en cause dans la condition qui est traitée, un changement doit être fait afin d’éviter la persistance et maximiser les chances de guérison. La santé globale, c’est une combinaison de facteurs qui, additionnés les uns aux autres, créent des résultats exceptionnels.

Chaque situation peut être améliorée et/ou adaptée afin de permettre au corps d’exprimer son plein potentiel. Comme vous avez pu le constater, il en va de même pour le suivi chiropratique et les conseils de base demeurent toujours sensiblement les mêmes.

La plupart du temps il ne s’agit que du gros bon sens, alors nous vous mettons au défi de les intégrer d’ici votre prochain ajustement!

Categories Fonctionnez mieux

Les maux de tête : découvrez les types les plus fréquents et leurs pistes de traitement

Céphalées et migraines… Tant de possibilités diagnostiques se présentent à nous lorsque vient le temps de trouver la cause d’un mal de tête. Les origines sont nombreuses, les symptômes varient énormément et les traitements doivent être conséquents afin d’obtenir un soulagement efficace et direct. Dans cet article, vous découvrirez les principaux types de maux de tête et des pistes de solutions vous seront données afin d’établir une routine sans faille afin de vous aider à soulager vos douleurs.

Céphalée et migraine, comment les différencier?

Abordons d’abord le sujet de façon plus scientifique. Selon la littérature, une céphalée est caractérisée par une douleur ciblant une partie de la tête :

  • crâne
  • cou
  • visage
  • intérieur de la tête

Ces caractéristiques sont assez larges, n’est-ce pas? En conséquence, il y a différents types de céphalées, et la migraine en fait partie :

  • Céphalée de tension
  • Migraine avec aura
  • Migraine sans aura
  • Céphalée de Horton
  • Céphalée cervicogénique
  • Névralgie du trijumeau
  • Algie vasculaire de la face
  • Migraine ophtalmique
  • Céphalée de rebond (par surconsommation de médicaments)
  • etc.

De plus, on peut classer les céphalées selon leur cause, c’est-à-dire qu’elles peuvent être primaires ou secondaires.

  • Primaire : dont la cause est directement liée à la douleur (ex. : céphalée de tension)
  • Secondaire : dont la cause est liée à autre chose (ex. : céphalée de rebond)

Pour déterminer avec précision le diagnostic associé à la céphalée, un suivi approprié avec un professionnel qualifié comme le chiropraticien devrait être envisagé.

Céphalées : les types les plus fréquents

Cet article vise principalement à vous donner de l’information sur les types de céphalées les plus fréquents. De ce fait, vous saurez les reconnaître plus facilement et serez à même de trouver les pistes de solutions qui vous permettront d’améliorer votre qualité de vie.

1. Céphalée de tension

La céphalée de tension est une condition très commune. Elle fait partie des céphalées primaires.

Le plus souvent, elle se caractérise par une sensation d’étau ou de pression autour de la tête, qui cible les yeux et peut se rendre à l’arrière de la tête. La douleur est d’une intensité modérée/sévère et se retrouve de chaque côté de la tête.

La céphalée de tension découle principalement de ceci :

2. Migraine

La migraine est un type de céphalée primaire. Elle peut se présenter de 2 façons principales :

  • Avec aura (signes annonciateurs que la douleur approche)
  • Sans aura (sans signes annonciateurs)

Les auras peuvent prendre différentes formes, dont des troubles de la vision, de la sensation, de l’équilibre, du mouvement ou du langage. Les auras sont temporaires et réversibles, c’est-à-dire qu’ils ne restent pas. Ils ne font qu’annoncer l’arrivée de la migraine.

Une fois la migraine installée, elle se caractérise souvent comme ceci :

  • Douleur sévère
  • Douleur pulsatile
  • Douleur unilatérale le plus souvent
  • Douleur pouvant être aggravée par l’activité physique, les bruits, les odeurs et la lumière
  • Douleur pouvant être associée à des nausées et vomissements

Contrairement à la céphalée de tension, les déclencheurs de la migraine sont très diversifiés et non seulement associés à l’aspect musculosquelettique :

  • Fatigue
  • Consommation de certains aliments
  • Alcool (vin rouge)
  • Faim
  • Exposition à certaines odeurs
  • Stress

3. La céphalée cervicogénique

La céphalée cervicogénique est définie par une céphalée dont l’origine se trouve au niveau cervical (cou). Elle fait donc partie des céphalées secondaires, puisque la douleur ressentie à la tête peut être provoquée par un mouvement cervical. Généralement, le diagnostic de la céphalée cervicogénique repose sur ceci :

  • Augmentation de la douleur par le mouvement cervical
  • Augmentation de la douleur par la mise en charge au niveau du cou
  • Diminution des amplitudes de mouvement cervicales
  • Douleurs cervicales
  • Présence de points gâchettes donnant des douleurs à la tête

Ces caractéristiques ne sont pas toujours présentes en totalité. Dans l’éventualité où seulement les points gâchettes reproduiraient la douleur à la tête, le diagnostic de céphalée cervicogénique ne serait pas le bon. Il s’agirait plutôt d’une céphalée de tension.

Les causes des dysfonctions cervicales à l’origine de la céphalée cervicogénique sont multiples :

  • Stress
  • Mauvaise posture de travail
  • Mauvaise posture de sommeil
  • Syndrome du cou texto
  • Mauvaise utilisation des appareils technologiques
  • Traumatisme direct

Diagnostic précis : questionnaire et examen complets

Chaque diagnostic chiropratique repose essentiellement sur une anamnèse (questionnaire) et un examen physique complets et détaillés. Non seulement ils sont essentiels pour déterminer la cause du problème, mais ils servent également à éliminer des causes ou des pathologies potentiellement plus graves qui ne découlent pas d’un suivi chiropratique.

En effet, certains maux de tête peuvent avoir une origine dite “non-chiropratique”, dans le sens où elle n’est pas neuromusculosquelettique. On peut penser à différentes causes comme une tumeur cérébrale, un AVC, un trouble neurologique, une méningite ou une hémorragie intracrânienne. Ces diagnostics ne sont pas des diagnostics chiropratiques et les symptômes qu’ils présentent ne sont pas associés à ceux des types de céphalées énumérés précédemment. Dans tous les cas, le chiropraticien est formé pour reconnaître les signes et symptômes qui ne s’apparentent pas à des conditions chiropratiques et pourra orienter le patient vers le professionnel de la santé indiqué.

Quoi faire maintenant que le diagnostic est tombé?

Lorsque le mal de tête apparaît, prenez certaines habitudes afin d’optimiser votre état. Sans nécessairement certifier que le mal partira, vous serez en mesure de mettre toutes les chances de votre côté pour améliorer votre condition.

  • Buvez de l’eau
    La déshydratation peut avoir un impact sur l’apparition d’un mal de tête.
  • Faites des exercices d’étirement
    Si le mal de tête est d’origine cervicale, il peut être bénéfique de faire des exercices d’étirement afin de stimuler la musculature.
  • Prenez une pause des écrans
    Les maux de tête peuvent être exacerbés par la lumière des écrans. Retirez-vous dans un endroit où la stimulation à la lumière n’est pas présente.
  • Reposez-vous
    Faites une sieste, allez prendre une marche, relaxez sur le fauteuil. Combiné avec l’hydratation, le repos est un élément clé dans la récupération des maux de tête.
  • Consultez votre chiropraticien
    Puisqu’il s’agit d’un diagnostic chiropratique, il va de soi que le suivi avec un chiropraticien peut faire partie des solutions à envisager pour optimiser votre état de santé. Les ajustements chiropratiques s’avèrent bénéfiques pour les conditions comme les céphalées de tension et les céphalées cervicogéniques. Outre les ajustements, votre chiropraticien sera en mesure de vous donner de judicieux conseils qui complèteront son suivi. Puisqu’il voit la santé dans sa globalité, il ne se limitera pas seulement au soulagement de la douleur, mais mettra aussi l’emphase sur vos habitudes de vie.

 

Sources, telles que consultées le 12 mars 2023
https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/headache-disorders#:~:text=Les%20c%C3%A9phal%C3%A9es%2C%20caract%C3%A9ris%C3%A9es%20par%20des,cours%20de%20l’ann%C3%A9e%20%C3%A9coul%C3%A9e.

https://www.merckmanuals.com/fr-ca/accueil/troubles-du-cerveau,-de-la-moelle-%C3%A9pini%C3%A8re-et-des-nerfs/c%C3%A9phal%C3%A9es/c%C3%A9phal%C3%A9es-de-tension

https://www.merckmanuals.com/fr-ca/accueil/troubles-du-cerveau,-de-la-moelle-%C3%A9pini%C3%A8re-et-des-nerfs/c%C3%A9phal%C3%A9es/migraines?query=migraine

https://www.chiropractic.ca/wp-content/uploads/2014/09/Headache-CPG-final-Jan2012_French.pdf?e3c7c0

Categories Fonctionnez mieux

3 conseils pratiques pour combattre les maux de dos

La lombalgie, communément appelée mal de dos, touche une grande partie de la population mondiale. Les jeunes comme les moins jeunes seront aux prises avec un épisode de mal de dos au moins une fois dans leur vie, ce qui fait de cette condition celle causant le plus haut taux d’invalidité dans le monde. Dans cet article, vous découvrirez une foule d’astuces naturelles et sensées qui vous aideront à soulager la douleur lombaire.

Lombalgie, mal de dos et douleur lombaire : c’est quoi au juste?

Vous l’aurez sans doute deviné : ces trois termes ou expressions définissent la même chose. La douleur lombaire peut se traduire comme ceci :

  • Douleur ou inconfort ciblant la région lombo-sacrée
  • Douleur ou inconfort ciblant la région des crêtes iliaques, ou même plus bas
  • Douleur ou inconfort localisé sous le rebord des côtes inférieures
  • Douleur ou inconfort localisé au-dessus des plis fessiers.

Dans chacune de ces situations, une irradiation peut être présente ou non dans le membre inférieur.

Comme mentionné en introduction, la lombalgie est très fréquente. Elle représente d’ailleurs le trouble neuromusculosquelettique le plus fréquent. Plusieurs causes peuvent lui être attribuables :

  • La posture de travail
  • La posture de sommeil
  • L’obésité
  • Le tabagisme
  • L’âge
  • La mauvaise pratique d’un sport
  • La manipulation de charges trop lourdes
  • La mauvaise utilisation de son centre de gravité de façon répétitive
  • Le port de mauvaises chaussures
  • Les facteurs psychosociaux (stress au travail, stress à la maison, charge mentale, milieu de vie difficile)

Les causes sont nombreuses, ce qui favorise un risque accru au sein de la population, n’est-ce pas?

Voici donc comment vous pourriez aider et même prévenir l’apparition de la lombalgie pour vous et les membres de votre famille.

ASTUCE #1 : Consultez votre chiropraticien régulièrement

Le chiropraticien est formé pour évaluer, diagnostiquer et traiter des conditions neuromusculosquelettiques et la lombalgie en fait partie. Les ajustements chiropratiques permettent de redonner – ou maintenir – une mobilité articulaire optimale aux articulations de la région lombaire. En conséquence, la douleur peut être diminuée et l’apparition d’une récidive ou d’une nouvelle douleur peut être éloignée dans le temps.

Outre les ajustements chiropratiques, votre chiropraticien pourra vous donner une multitude de conseils et recommander différents changements dans vos habitudes de vie :

  • Adapter votre posture de travail à l’ordinateur
  • Modifier votre posture de sommeil
  • Donner des exercices de renforcement ou d’étirement selon la condition et la cause précises de votre douleur au dos
  • Adapter votre poste de travail
  • etc.

Consulter en chiropratique, ça va au-delà de la douleur! Pensez à voir votre santé d’un point de vue global!

ASTUCE #2 : soyez actifs

Les preuves concernant les bienfaits de l’activité physique au quotidien ne sont plus à faire. Outre celles qu’on lui attribue le plus souvent, comme l’amélioration des capacités cardiovasculaires, l’augmentation de l’énergie et de la qualité du sommeil ou le maintien d’un état mental sain, il faut maintenant penser à l’activité physique comme un moyen de soulager la douleur et prévenir les blessures.

En bougeant régulièrement, vous permettez à votre corps de poursuivre la guérison entamée en chiropratique. Il devient plus mobile et la musculature s’adapte, ce qui peut réduire le risque de récidives.

Saviez-vous que l’activité physique aide à la libération des endorphines? Ces hormones sont les hormones du bien-être et elles aident à soulager la douleur. Un 2 pour 1, quoi demander de mieux? Vous serez toujours gagnants à être actifs, c’est garanti!

Évidemment, en période de grosse douleur, l’activité physique peut ne pas être recommandée. En consultant votre chiropraticien, il sera en mesure de déterminer ce qui est bon ou non pour vous, selon votre condition et vos objectifs de santé. Le repos peut aider temporairement, mais plus tôt l’activité reprendra, le mieux ce sera.

ASTUCE #3 : écoutez votre corps

Le corps humain est une machine exceptionnelle. Les athlètes sont la preuve même qu’il est capable d’accomplir de grandes choses. Il en va de même pour la période entourant la grossesse chez la femme. Ces exemples nous rappellent que certaines situations nous font entrer dans un état de douleur. Si cet état est parfois inévitable comme lors de l’accouchement, il est loin d’être essentiel au quotidien. En conséquence, masquer une douleur ne devrait jamais être la première option à envisager et voici pourquoi :

  • La douleur doit être perçue comme un signal d’alarme. Si elle est présente, cela signifie qu’il y a un déséquilibre dans l’expression du plein potentiel du corps humain.
  • Une douleur qui persiste peut entraîner une adaptation pour le corps humain : certains muscles se contractent et d’autres s’étirent afin de tenter de ramener la situation à la normale. Cet état d’adaptation n’est pas idéal, puisqu’il engendra potentiellement des douleurs collatérales.
  • Plus le corps est en déséquilibre, plus le risque de blessures augmente. Ce principe ne s’applique pas seulement pour les douleurs au dos, mais pour le corps humain entier.

N’oubliez pas ceci : en évitant de reconnaître une douleur, vous placez votre corps dans une situation de conflit entre la santé globale et l’état douloureux.

Le résultat : vous n’écoutez pas vos limites. Cela nous amène à vouloir vous faire réfléchir au pourquoi il devrait en être ainsi. Qu’avez-vous à prouver? Que retirez-vous d’une douleur au dos? Pourquoi attendez-vous d’être incapable de vous lever de votre lit avant de remédier à la situation?

Les enjeux psychosociaux prennent une place importante de notre mode de vie et ils ne sont pas à négliger. Dans cette ère où la tendance au bien-être prend de plus en plus de place, pensez à vous écouter. Vous, ainsi que ceux qui poussent derrière vous, serez fiers de vivre optimalement, sans douleur ni tracas!

 

Sources, telles que consultées le 1er mars 2023
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29573870/
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1779012321000243

Categories Fonctionnez mieux

Comment optimiser vos habitudes de vie en éliminant des comportements nuisibles

Chaque action posée au quotidien se cumule avec celles qui ont été faites et celles qui viendront. Comme tout ce qui est fait mérite d’être bien fait, pourquoi ne pas favoriser des actions avec une posture optimale ou qui produiront des effets bénéfiques à long terme pour vous et votre famille? Cet article met en lumière 7 actions à proscrire ou à modifier afin de rendre votre quotidien optimal et vous permettre de vivre pleinement.

1. Cessez de dormir sur le ventre

La posture de sommeil sur le ventre entraîne un stress important au niveau de la colonne vertébrale.

  1. Elle impose nécessairement que la tête soit tournée d’un côté ou l’autre afin de vous permettre de respirer. En conséquence, la rotation du cou empêche une posture vertébrale neutre. Si elle persiste plusieurs heures pendant la nuit et que cette action est répétée chaque nuit, des douleurs au cou peuvent apparaître.
  2. Au niveau lombaire, elle crée une augmentation de la lordose (augmentation de la courbe du dos), ce qui engendre également un déséquilibre au niveau neurovertébral.

2. Ne portez plus votre portefeuille dans votre poche arrière

C’est un fait : plus la posture est symétrique, plus les chances qu’elle soit optimale dans le temps sont bonnes. Lorsque le portefeuille est porté dans la poche arrière du pantalon et qu’on s’assoit, un débalancement postural se crée. Le bassin se soulève du côté du portefeuille et la colonne vertébrale compense afin que le corps soit le plus droit possible. De façon répétée, cette habitude influence négativement la posture globale. Messieurs, soyez avisés!

3. Diminuez votre temps passé sur les réseaux sociaux

Ce n’est plus un secret pour personne : bien qu’ils puissent aider à rester en contact, les réseaux sociaux tendent à créer davantage d’effets néfastes pour la santé.

  • Un temps d’écran exagéré et répété engendre une fatigue oculaire et peut même causer une sécheresse oculaire.
  • La posture adoptée avec l’usage du téléphone cellulaire est en lien direct avec le syndrome du cou texto. La tête penchée et les épaules souvent remontées créent un stress au niveau neurovertébral et peuvent être associées à l’apparition de douleurs cervicales, thoraciques et lombaires.
  • Connaissez-vous la lumière bleue? Elle émane des écrans.
    Trop de lumière bleue engendre une fatigue oculaire, stimule le cerveau et peut avoir un impact négatif sur le sommeil. En conséquence, il est recommandé de ne pas utiliser d’écran au moins une heure avant l’heure du coucher.

4. N’utilisez pas de sac à bandoulière

Au même titre que le portefeuille dans la poche arrière, le sac à bandoulière débalance la posture. Un sac déposé seulement sur une épaule abaisse celle-ci et déséquilibre la colonne vertébrale. Pour cette raison, il est primordial de porter des sacs avec 2 bretelles, et évidemment, de les utiliser!

Saviez-vous que le sac à dos des enfants devrait respecter certains critères de base afin d’optimiser son utilisation?

  • Avoir 2 bretelles
  • Ne pas descendre plus bas que les fesses
  • Ne pas remonter plus haut que les épaules
  • Avoir 2 sangles qui s’attachent afin de le maintenir adéquatement au corps (à la poitrine et aux hanches)
  • Avoir plusieurs poches afin de répartir le poids un peu partout à l’intérieur
  • Pour les élèves du primaire, le sac, une fois rempli, ne devrait pas être plus pesant que 10% du poids de l’enfant
  • Pour les élèves du secondaire, le sac, une fois rempli, ne devrait pas être plus pesant que 15% du poids de l’enfant

5. Ne doutez plus de vos capacités

Cette action n’est pas reliée directement à la posture. Cependant, être constamment dans le doute, ne pas assumer ses choix, ne pas avoir confiance en soi et se remettre en question sont des actions qui influencent le corps en entier. Le système nerveux s’adapte à tout, même aux pensées négatives. Il faut renverser la vapeur maintenant! Si vous souhaitez améliorer votre confiance en soi et optimiser par le fait même votre bien-être, suivez ces conseils :

  • Allez-y une étape à la fois.
  • Entourez-vous de gens en qui vous pouvez avoir confiance.
  • Laissez aller le superflu et les ondes négatives.
  • Partagez vos états d’âme lorsque vous êtes dans le doute : les gens qui vous aiment sauront vous écouter et vous aider à trouver des pistes de solution.
  • Prenez du temps pour vous, afin de vous centrer sur vos besoins réels.
  • Prenez l’habitude de vous concentrer sur ce que vous pouvez contrôler; le reste ne vous appartient pas.

6. Cessez de repousser l’activité physique

“Quand le printemps arrivera, je me mettrai à la course.”
“Cet été, je vais sortir prendre des marches, car je n’aime pas l’hiver.”
“Je vais commencer à m’entraîner lundi prochain.”
“Du vélo? Non, ce n’est pas pour moi.”

Les preuves quant à l’importance de l’activité physique ne sont plus à faire. La question est davantage de savoir pourquoi elle ne serait pas pratiquée régulièrement. Évidemment, les efforts demandés penchent dans la balance, mais les bénéfices devraient le faire tout autant. La procrastination ne mène jamais à des résultats, sachez-le!

  • L’activité physique peut être pratiquée sans vider son portefeuille
  • L’activité physique aide au sommeil
  • L’activité physique procure une excellente source d’énergie
  • L’activité physique pratiquée de façon intense sur une courte période optimise le temps et favorise une bonne dépense énergétique

Bougez en famille, allez-y par étapes, ne voyez pas la montagne trop grosse en partant et amusez-vous!

7. N’ignorez plus vos douleurs

La douleur est un signal d’alarme. Si elle est présente, c’est qu’il y a une interférence au niveau de votre système nerveux. En conséquence, il est important de comprendre d’où elle vient et poser des actions qui aideront à la contrôler.

  • Comment est votre posture générale?
  • Pratiquez-vous votre sport adéquatement?
  • Êtes-vous stressé?
  • Comment est votre sommeil?
  • Êtes-vous tombé dernièrement?
  • Votre posture de travail est-elle optimale?
  • Quel type de chaussures portez-vous?
  • Est-ce que vous croisez vos jambes lorsque vous vous asseyez?

Votre chiropraticien, avec son doctorat de premier cycle en chiropratique, est formé pour établir un diagnostic chiropratique, proposer un suivi approprié et traiter les conditions neuromusculosquelettiques. S’il juge que la condition n’est pas dans son champ de compétences, il évaluera vers quel professionnel de la santé il sera plus adéquat de vous diriger. Pensez à l’avoir dans votre cercle de professionnels.

Par où commencerez-vous?

Categories Fonctionnez mieux

Douleurs à l’épaule : apprenez-en davantage sur le syndrome d’accrochage

Les douleurs à l’épaule sont fréquentes. Elles peuvent avoir plusieurs origines et être complexes, ce qui nécessite sans aucun doute une évaluation précise. Le syndrome d’accrochage fait partie des diagnostics fréquents liés aux douleurs à l’épaule, et cet article vous permettra de le comprendre et voir quel rôle la chiropratique pourrait jouer dans son diagnostic et son traitement.

Comment fonctionne l’épaule : anatomie 101

L’épaule est composée d’os, de muscles, d’articulations, de tendons et de ligaments. Ici, l’avantage sera porté sur les os, les muscles et les articulations de l’épaule :

1. Os

  • Scapula (omoplate)
  • Acromion (partie de l’omoplate importante du syndrome d’accrochage)
  • Humérus (os du bras)
  • Clavicule (à l’avant de l’épaule)

2. Muscles

3. Articulations

  • Gléno-humérale (entre l’humérus et l’omoplate)
  • Acromio-claviculaire (entre la clavicule et l’omoplate)
  • Sterno-claviculaire (entre le sternum et l’omoplate)
  • Scapulo-thoracique (entre l’omoplate et la cage thoracique)

L’épaule est une articulation qui permet beaucoup de mouvements, et certains de ces mouvements sont d’une très grande amplitude :

  • Flexion (élever le bras vers le haut et l’avant)
  • Extension (amener le bras vers l’arrière)
  • Abduction (éloigner le bras du corps, vers le haut)
  • Adduction (rapprocher le bras du tronc en le gardant à l’horizontale)
  • Rotation interne (amener l’avant de l’humérus vers l’intérieur)
  • Rotation externe (amener l’avant de l’humérus vers l’extérieur)

La flexion et l’abduction sont les 2 amplitudes qui permettent les plus grands mouvements de l’épaule. Elles sont impliquées dans la plupart des mouvements de l’épaule.

Comment se développe le syndrome d’accrochage

Le syndrome d’accrochage est un diagnostic très commun qui touche l’épaule. Globalement, il se développe lorsqu’il y a un “accrochage” entre l’acromion (partie de l’omoplate) et les tendons des muscles de la coiffe des rotateurs de l’épaule.

Différentes causes sont à l’origine de l’accrochage :

  • Mouvement répétitif en abduction et en flexion de l’épaule.
    Lors de ces mouvements, les tendons des muscles impliqués sont sollicités entre l’humérus et l’acromion. Il peut résulter d’une inflammation de ces tendons. L’inflammation engendre quant à elle un frottement entre l’acromion et les tendons, d’où l’accrochage.
  • L’anatomie de l’acromion.
    Une variante dans l’anatomie de l’acromion peut créer un frottement entre ce dernier et les tendons des muscles. Un acromion plus gros, par exemple, peut être à l’origine de ce frottement.
  • Un débalancement au niveau de la biomécanique de l’épaule
    Une faiblesse musculaire, une perte de proprioception ou une articulation dysfonctionnelle peuvent engendrer un mauvais mouvement de la tête de l’humérus. En conséquence, un frottement peut se créer entre l’acromion et la tête humérale.
  • L’âge
    Le processus de vieillissement amène une diminution de l’apport sanguin aux muscles. Ceci engendre des processus dégénératifs des muscles et peut être associé au syndrome d’accrochage.

Il n’y a pas que les muscles qui développent des processus dégénératifs liés à l’âge. Les os également. L’ostéoarthrose est un processus dégénératif qui pousse la matière osseuse à se créer sur l’os. L’ostéoarthrose peut cibler tous les os, en passant par l’acromion, la clavicule et l’omoplate. Le résultat reste le même, c’est-à-dire qu’un frottement peut se créer et créer un syndrome d’accrochage.

Les mouvements répétitifs associés au syndrome d’accrochage touchent certains types de clientèle :

  • Les sportifs
    En natation, les mouvements demandés à l’épaule pour la plupart des types de nage impliquent une grande amplitude. Les muscles de la coiffe des rotateurs sont impliqués et leur utilisation fréquente peut mener à l’apparition du syndrome d’accrochage.
  • Les travailleurs debout
    La posture de travail debout demande généralement que les bras soient surélevés. Bien qu’elle soit efficace pour certains postes de travail, elle est souvent mal adaptée, ce qui pousse le haut du corps à compenser. La biomécanique de l’épaule peut être atteinte, ce qui déséquilibre le mouvement et occasionne parfois l’apparition du syndrome d’accrochage.

Les douleurs du syndrome d’accrochage

Les patients ayant le syndrome d’accrochage présentent des douleurs typiques :

  • Douleur à l’avant de l’épaule aux mouvements d’abduction et de flexion le plus souvent. Le mouvement de rotation interne lorsque le bras est surélevé peut également être douloureux. L’accrochage survient généralement dans un angle précis du mouvement. Votre chiropraticien sera en mesure de le reproduire afin de déterminer si votre douleur est réellement liée au syndrome d’accrochage.
  • Douleur à l’avant de l’épaule au repos, lorsque la condition peut être plus avancée.
  • Douleur irradiant le long du bras et allant au coude
  • Sensation de pincement lors du mouvement douloureux

Comment soulager le syndrome d’accrochage

Le syndrome d’accrochage est une condition pouvant être diagnostiquée et traitée en chiropratique. Par son doctorat de premier cycle en chiropratique (doctorat de premier cycle en chiropratique), le chiropraticien est habileté à poser un diagnostic chiropratique et établir un suivi approprié pour son patient.

Le traitement pourrait consister en différentes modalités :

  • Ajustements chiropratiques au niveau vertébral, mais également au niveau des articulations de l’épaule.
  • Travail musculaire (surtout lorsque la condition découle des mouvements répétitifs)
  • Thérapie complémentaire au besoin (ultrason, glace, TENS)
  • Conseils posturaux (pour les travailleurs debout ou les sportifs)
  • Exercices de renforcement ou d’étirement au besoin.
  • Collaboration avec un professionnel de la santé afin d’optimiser la santé (ex.: kinésiologue, médecin, physiothérapeute). Lorsque la forme de l’acromion est en cause, une référence en médecine peut être envisagée puisque parfois, une acromioplastie peut être pratiquée.

Dans tous les cas, votre chiropraticien devrait être considéré comme un professionnel à part entière dans la gestion des conditions neuromusculosquelettiques de tous les membres de votre famille. Sa formation doctorale en chiropratique lui permettra sans aucun doute de vous aider et vous proposer un suivi adapté à vos besoins.

Categories Fonctionnez mieux

Comment optimiser le développement moteur lors de la première année de vie de votre enfant

En tant que parent, il va de soi que nous souhaitons le meilleur pour nos enfants. Leur développement nous tient à cœur. Qu’il soit question de langage, de développement cognitif, de motricité fine ou globale, ou même de développement social, nous souhaitons que chaque sphère puisse se développer à son plein potentiel. Cet article met l’emphase sur le développement moteur de la première année de vie de votre enfant. Il vous permettra de comprendre son importance tout en vous donnant des conseils afin de l’optimiser.

La première année de vie : étape par étape

Ça y est! Votre bébé est enfin arrivé! Quelle joie et quelle fierté cela procure, n’est-ce pas? Ses premiers sons, ses premiers regards et son premier sourire nous font craquer. Au-delà de ces moments magiques, plusieurs questions nous viennent en tête :

  • Est-ce qu’il est “normal”?
  • Est-ce que sa posture est bonne?
  • Son tonus est-il adéquat pour son âge?
  • Devrait-il déjà supporter sa tête?
  • etc.

Avec le désir d’apprendre des nouveaux parents et les informations qui fusent de toute part, il peut être normal de se questionner quant au bon développement de notre enfant. Puisque la première année de vie est celle qui amène le plus grand nombre de changements et demande le plus d’adaptation à l’enfant, découvrez étape par étape comment la motricité se développe, de la posture couchée du nourrisson jusqu’aux premiers pas de votre petit de un an. Laissons place au fantastique rôle du système nerveux!

Le bébé naissant

À la naissance, le nouveau-né doit avoir un certain tonus. Il ne doit pas être trop “raide” (hypertonique) ni trop “mou” (flasque, hypotonique). Dès la naissance, il est évalué afin de déterminer son état général, et l’état du système moteur fait partie de l’équation. Cette évaluation globale se fait en 5 points, et c’est ce que l’on appelle le test d’Apgar :

  1. Fréquence cardiaque
  2. Respiration
  3. Tonus musculaire
  4. Réaction aux stimuli
  5. Coloration de la peau

Selon le résultat obtenu, le professionnel de la santé qui effectue l’évaluation est en mesure de déterminer si l’état de santé global du nouveau-né est adéquat au moment où le test est effectué, c’est-à-dire à la naissance. Il ne peut toutefois pas prédire comment se déroulera le développement par la suite.

Le tonus musculaire peut être évalué comme ceci :

  • 0/2 : aucun tonus (bébé flasque, mou)
  • 1/2 : quelques mouvements de flexion des membres
  • 2/2 : mouvements très présents

Le premier mois de vie

Tant de choses se passent dans le premier mois de vie! À ce stade du développement moteur, on peut observer ceci :

  • La main sera généralement fermée en point (ou partiellement fermée).
  • Des objets placés dans la main peuvent être tenus en place, mais seront relâchés de manière involontaire.
  • Beaucoup de mouvements involontaires et saccadés sont faits (ex.: porter le poing à la bouche).
  • La tête ne se contrôle pas volontairement en position verticale : si elle n’est pas soutenue, elle part dans un sens où dans l’autre.
  • Sur le dos, la tête se tournera d’un côté à l’autre.

La meilleure façon de contribuer au développement d’un enfant de cet âge est de lui donner toute l’affection possible et répondre à ses besoins primaires. Côté stimulation motrice, 2 conseils peuvent être donnés :

  1. Des objets peuvent être placés dans la main afin de favoriser un contact et créer le mouvement de préhension.
  2. Mettre l’enfant sur le ventre à raison de quelques minutes à la fois afin de lui faire bouger la tête et reproduire la posture à adopter lorsqu’il voudra débuter la marche à 4 pattes .

Le deuxième mois de vie

À cet âge, certaines aptitudes commencent à être perceptibles.

  • Les mouvements de la tête sont de plus en plus faciles, même si leur contrôle n’est pas encore présent.
  • Puisque la vision se développe elle aussi, la tête suivra les objets.
  • Les poings sont encore fermés, mais de plus en plus ouverts.
  • Des objets peuvent être tenus dans les mains, sans que ce soit toujours volontaire.
  • Lorsqu’il est couché sur le dos, l’enfant peut vouloir tendre les bras lorsqu’on tente de le soulever, afin de contribuer au mouvement.
  • Sur le côté, l’enfant peut se tourner de façon non volontaire sur le dos.

Comment participer au développement moteur d’un enfant de 2 mois? C’est fort simple! La position ventrale a toujours sa place, et la stimulation visuelle par des objets favorise quant à elle leur poursuite avec la tête.

Déjà 3 mois : les mouvements volontaires arriveront bientôt!

C’est à cet âge que l’enfant commence à faire des mouvements qui ressemblent à ceux auxquels on s’attend. Ils sont toutefois davantage involontaires que volontaires :

  • Il porte ses mains à sa bouche fréquemment.
  • Il peut manipuler des objets ou les relâcher, mais plus de façon involontaire.
  • Il donne des coups avec ses mains et ses pieds pour s’amuser lorsqu’il est couché sur le dos.
  • Sur le ventre, il soulève la tête et le cou et peut s’appuyer légèrement sur ses avant-bras.

Trucs simples : placez des objets dans son champ de vision et il sera porté à vouloir tendre les bras pour les attraper. C’est excellent pour la mobilité globale des bras.

Le 4 à 6 mois : développement à vitesse grand V

Le corps humain est exceptionnel. Entre 4 et 6 mois, la différence est notable dans le développement moteur de l’enfant :

  • Finis, les poings fermés. La main reste ouverte.
  • Un objet peut facilement être saisi entre les 2 mains.
  • La posture sur le côté ne se termine plus sur le dos : elle est maintenue.
  • Une cible peut être atteinte avec le mouvement de la main.
  • Le gobelet est porté à la bouche.
  • Les pieds se retrouvent dans la bouche à l’aide des mains.
  • En position sur le dos, l’enfant peut se retourner sur le ventre.
  • La tête est contrôlée dans tous les mouvements.
  • La posture assise seule peut être maintenue quelques instants. Quel signe de progression motrice!

Lorsque l’enfant est sur le ventre, il peut être intéressant de placer un objet près de lui pour favoriser un mouvement des bras. De cette façon, tout le haut du corps est stimulé.

Présenter des objets de différentes textures aide à développer la motricité fine. Cette approche devrait même être faite dès les premiers mois de naissance.

7 à 9 mois : à l’approche de la marche à 4 pattes!

Comme mentionné précédemment, l’enfant de cet âge a la capacité de se tenir assis, ce qui laisse entrevoir l’étape suivante, c’est-à-dire le déplacement! À partir de 7 mois, tous les efforts sont mis en ce sens :

  • L’enfant se place sur ses mains et ses pieds en oscillant d’avant à l’arrière.
  • Il peut s’agripper à un objet et se lever en y restant appuyé.
  • Il rampe.
  • Quand il est tenu avec les mains en posture debout, il tente de faire quelques pas.
  • L’enfant ramasse facilement les objets sans les échapper.
  • Tous les doigts de la main sont utilisés lors de la préhension d’un objet. Cet objet peut être assez petit.

Jouez avec votre enfant :

  • Placez des objets à l’extérieur d’une boîte et demandez-lui de les replacer à l’intérieur.
  • Initiez-le à la lecture : faites-lui tenir un livre et demandez-lui de tourner les pages.
  • Incitez-le à jouer en posture assise ou sur le ventre.

Ça y est, les 12 premiers mois sont passés

D’un nouveau-né incapable de maintenir la tête à un enfant se tenant debout, le chemin parcouru est sans aucun doute le plus exigeant auquel l’être humain devra faire face dans son développement.

  • L’enfant pointe des objets.
  • Il peut faire des “dessins” sur une feuille.
  • En position assise, il peut bouger facilement et même tourner.
  • En position debout, il est capable de s’accroupir.
  • Le moyen de déplacement principal est la marche à 4 pattes.
  • La marche se fait avec de l’aide, et certains enfants peuvent déjà marcher seuls.

Sous surveillance, stimuler l’enfant à monter quelques marches à 4 pattes est une excellente façon de favoriser le développement moteur à cet âge. Y avez-vous pensé?

Le succès de l’aide donnée à l’enfant réside souvent dans le jeu. De cette façon, il n’y a pas que le développement moteur qui est favorisé puisque le fait de solliciter l’interaction aide le côté social, émotionnel et langagier en même temps. L’imagination a toujours sa place!

Qui est le chef d’orchestre de l’évolution motrice de l’enfant?

Le système nerveux, bien évidemment. Grâce à ses nombreuses connexions, il permet au corps humain de se développer à son plein potentiel. N’hésitez pas à consulter votre chiropraticien, il pourrait faire partie des professionnels participant de manière active au bien-être de tous les membres de votre famille!

N.B. Chaque enfant se développe à son rythme. Cet article suit les grandes lignes générales du développement moteur. Si un enfant se développe davantage dans une sphère pendant quelques semaines, il est possible que les autres évoluent moins vite puisque l’énergie est mise ailleurs momentanément. Entourez-vous de bons professionnels, ils seront là pour vous conseiller!

 

 

Sources, telles que consultées le 18 janvier 2023 :
https://naitreetgrandir.com/en/step/0-12-months/development/newborn/

Categories Fonctionnez mieux

Sécurité en hiver : pelletage, crampons et tralala

L’hiver actuel est loin de ceux où la neige atteignait le toit des maisons, n’est-ce pas? Un peu de neige, beaucoup de doux temps, de la pluie et du verglas, c’est ce à quoi nous avons droit depuis quelques semaines. La pelle est essentielle, mais d’autres outils nous sont utiles afin d’affronter les changements de température auxquels nous faisons face depuis les dernières années. De la pelle aux différents types de crampons, cet article vous permettra de passer à travers la météo variable de nos hivers québécois.

Comment pelleter de façon sécuritaire et efficace

C’est un fait : personne ne se sauve de la pelle pendant l’hiver. Bien que certains cherchent à la repousser, pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour rendre son utilisation agréable et sécuritaire? Mettez ces conseils en application afin de l’apprivoiser et vous faciliter la tâche lors de vos séances de pelletage. Gageons que votre perception changera dès la prochaine bordée!

Sans parler des risques de blessures associés, travailler avec un outil mal adapté est sans contredit l’élément qui rend une tâche plus difficile et désagréable. Le pelletage ne fait pas exception. Soyez conscients de l’outil que vous utilisez.

  • Le poids de la pelle
    Plus on a une charge importante à manipuler, plus l’effort demandé sera grand. En conséquence, plus une pelle est lourde, plus il peut être difficile de pelleter. Veillez à prendre une pelle d’un poids d’environ 1,5 kg.
  • La longueur de la pelle
    Un manche long diminue l’impact sur les muscles du dos alors qu’un manche plus court donne une meilleure stabilité lors du transfert de la neige.
    Idéalement, la longueur totale à privilégier pour une pelle serait celle qui, placée à la verticale, lui permettrait d’atteindre la hauteur du coude lorsque le bras est placé le long du corps. Évidemment, allez-y avec votre jugement.
  • La forme du manche ne changera rien
    Bien que plusieurs pensent que le manche de type ergonomique (courbé) soit à privilégier par rapport à un manche droit, aucune étude n’a démontré qu’il procurait un avantage lors de son utilisation. Il peut être plus facile d’utiliser un manche courbé lorsqu’on doit pousser la neige alors qu’un manche droit peut aider à la soulever plus efficacement. Évaluez la tâche que vous avez à effectuer et faites votre choix en conséquence.
  • Habillez-vous adéquatement
    Portez des bottes ou chaussures qui vous procureront une stabilité. Habillez-vous pour éviter que vos mouvements soient limités.
  • Bougez intelligemment
    Lors du pelletage :
    1. Gardez les jambes écartées et assurez-vous que la pelle est près de la jambe avant.
    2. Mettez le poids de votre corps sur la jambe avant et utilisez-la pour pousser la pelle.
    3. Gardez toujours la charge près de votre corps.
    4. Utilisez un transfert de poids entre les 2 jambes et orientez vos pieds vers la direction où la neige sera poussée.
  • Soyez respectueux de vos capacités
    Trop, c’est comme pas assez. Le pelletage peut s’avérer être une tâche
    (ou une activité, selon votre vision) exigeante, alors il est important de garder une cadence raisonnable.

Afin d’optimiser votre travail, mettez ceci en perspective :

  1. Plus la charge dans la pelle est importante, plus le système neuromusculosquelettique est sollicité.
    L’endurance peut être mise à l’épreuve lorsque les charges sont trop grandes. En conséquence, le pelletage peut devenir exigeant pour une mauvaise raison. Augmenter le nombre de pelletées pourrait permettre d’accomplir la tâche plutôt que de l’arrêter prématurément en raison d’un épuisement.
  2. Plus la vitesse d’exécution est grande, plus le système cardiovasculaire est stimulé.
    Selon vos capacités, variez la vitesse afin de faire un travail sécuritaire et maintenir une cadence plus longue plutôt que d’arrêter trop rapidement pour cause d’essoufflement.
  3. Plus on projette la neige haut et loin, plus on demande un effort à notre corps.
    Minimiser l’effort permet de prolonger la durée du travail. Évaluez à quelle distance vous devez vous installer pour rendre votre travail efficace et sécuritaire. Si la hauteur de projection n’est pas celle à laquelle vous êtes à l’aise pour travailler, pensez à pousser la neige ailleurs.

Déneiger la voiture : votre indispensable

Le déneigement de la voiture fait partie de notre réalité. Encore une fois, l’équipement utilisé fait toute la différence entre une tâche “nécessaire” agréable et sécuritaire plutôt que désagréable avec risque de blessure.

D’un point de vue ergonomique, travailler à bout de bras n’est pas optimal pour la colonne vertébrale. En conséquence, utiliser un balai à neige trop court vous pousse à déplacer votre centre de gravité vers l’avant, ce qui augmente la charge sur le bas de votre dos et peut causer des blessures.

Un balai à neige télescopique peut être une excellente option pour vous aider à garder une posture idéale lors du déneigement de votre véhicule. Avec ce genre de balai, votre dos demeure droit, ce qui favorise une posture optimale et diminue la charge imposée aux structures lombaires.

En cas de verglas, pensez aux crampons

Le chiropraticien a une vision globale de l’individu. Pour cette raison, la prévention occupe une grande place dans les conseils qu’il émet à ses patients.

Une chute sur la glace peut avoir des conséquences importantes. Pensez à utiliser des crampons sous vos bottes lorsque la glace est présente au sol.

  • Certains modèles de bottes offrent maintenant des crampons intégrés et rétractables au niveau de la semelle.
  • Des crampons peuvent être vendus séparément et ajoutés sur la botte. À vous de voir ce qui vous convient le mieux afin de travailler sécuritairement!

La prévention pour une santé optimale

Lorsqu’il est question de sécurité en hiver, la pensée se tourne plus souvent vers les déplacements extérieurs. Voici une liste de conseils généraux à mettre en place, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur :

  • Vous chauffez avec un poêle à bois? Assurez-vous que votre cheminée soit fonctionnelle à 100%. L’hiver est déjà bien entamé, mais gardez ce conseil en tête. Vos avertisseurs de fumée fonctionnent-ils adéquatement?
  • Vous partez en randonnée? Informez vos proches de vos déplacements.
  • Pensez à mettre une trousse d’urgence dans votre véhicule.
  • Consultez la météo : elle peut vous donner des indices sur les précautions à prendre pour vos déplacements et la préparation de la maison en cas de conditions particulières.
  • À la maison, vérifiez votre trousse d’urgence de base : couvertures, nourriture, eau, lampes de poche, radio à piles, etc.
  • Assurez-vous d’avoir du sel ou du sable (matières abrasives) afin de rendre les surfaces extérieures praticables et sécuritaires.

Saviez-vous qu’une santé neurovertébrale optimale pourrait vous aider à mieux bouger, ce qui serait bénéfique pour la prévention des chutes ou l’amélioration de vos capacités à pelleter et déneiger votre véhicule? N’hésitez pas à consulter votre chiropraticien!

 

Sources, telles que consultées le 5 janvier 2023
https://www.cchst.ca/oshanswers/ergonomics/shovel.html
https://www.getprepared.gc.ca/cnt/rsrcs/sfttps/tp201212-fra.aspx?rss=true
https://www.getprepared.gc.ca/cnt/kts/bsc-kt-fr.aspx

Evaluations Google
5.0
Basé sur 11 avis
×
js_loader