Categories Fonctionnez mieux

Syndrome croisé supérieur : quand les technologies hypothèquent notre santé

Connaissez-vous le syndrome croisé supérieur? Il est plus fréquent qu’on puisse le croire puisqu’il touche généralement les utilisateurs de technologies. Les gens qui doivent lire régulièrement (étudiants) et les conducteurs de longues distances font également partie de ceux qui sont plus à risque de le développer.

Dans cet article, vous serez sensibilisés à l’importance de votre posture lors de l’utilisation des technologies afin d’éviter l’apparition du syndrome croisé supérieur. Si vous faites partie de ceux qui en font un usage régulier et que vous ressentez des douleurs au haut du corps, il se pourrait bien que le syndrome croisé supérieur en soit la cause. Voyons comment nous pouvons vous aider par nos conseils chiropratiques!

Quand le haut du corps est hypothéqué

Le syndrome croisé supérieur peut causer différents symptômes :

  • Mal de tête
  • Douleurs cervicales générales
  • Raideurs musculaires à l’arrière du cou
  • Faiblesses musculaires à l’avant du cou
  • Douleurs aux épaules
  • Raideurs musculaires dans la région des omoplates
  • Inconfort général et incapacité à rester assis sur une période de temps prolongée
  • Incapacité à conduire sur une longue période de temps en raison des douleurs musculaires qui apparaissent rapidement
  • Diminution des amplitudes de mouvement du cou et des épaules
  • Désordre de la mâchoire (articulation temporo-mandibulaire, ATM)
  • Douleurs, faiblesses et engourdissements dans les bras
  • Douleurs, faiblesses et engourdissements dans les mains
  • Fatigue et manque d’endurance
  • Mal de dos (douleurs lombaires)

Le syndrome croisé supérieur : une cascade d’évènements

Plusieurs situations peuvent mener à l’apparition du syndrome croisé supérieur, mais la plupart des cas vus en consultations chiropratiques sont associés à une mauvaise posture prolongée dans laquelle la tête est poussée vers l’avant :

  • Travail de bureau (ordinateur ou portable, à la maison ou au travail)
  • Regarder la télévision
  • Conduite automobile
  • Lecture
  • Utilisation du téléphone
  • Cyclisme

Pour reprendre ce qui a été mentionné précédemment, le point de départ est lié à une posture qui pousse la tête vers l’avant.

D’un point de vue biomécanique, pencher la tête vers l’avant augmente la charge qu’elle impose à la colonne vertébrale. Lorsqu’elle est en position neutre, elle représente environ 9 % du poids total du corps humain. À mesure qu’elle avance, son centre de gravité se déplace lui aussi, ce qui pousse les muscles du cou et du haut du corps à travailler davantage pour maintenir la tête en position. La charge qu’elle impose à la colonne vertébrale devient donc plus grande.

Sur une petite période de temps, rien n’est problématique, mais si cette posture se répète chaque jour et pendant plusieurs heures, les structures cervicales subissent une surcharge, ce qui peut causer le syndrome croisé supérieur.

La cascade en soi :

  1. La tête (le poids de la tête) est poussée vers l’avant
  2. Les épaules se courbent vers l’avant
  3. Le haut du dos se cambre vers l’avant (augmentation de la cyphose thoracique)
  4. Le cou se courbe davantage (augmentation de la lordose cervicale)

Les résultats :

1. Les muscles du haut du dos et de l’avant du cou se retrouvent étirés et deviennent hypotoniques (faibles, hyporéactifs).

  • Trapèze moyen
  • Trapèze inférieur
  • Rhomboïdes
  • Fléchisseurs du cou

2. Les muscles de la région de la poitrine et de l’arrière du cou se contractent pour maintenir le poids de la tête et deviennent hypertoniques (courts, tendus, hyperréactifs).

  • Pectoraux
  • Sous-occipitaux
  • Trapèze supérieur
  • Élévateur de la scapula

En observant l’image, vous comprendrez l’origine du syndrome croisé supérieur puisque les groupes de muscles hypotoniques et hypertoniques s’opposent et se croisent, donnant l’apparence d’un X.

Syndrome croisé supérieur : 12 conseils pratiques afin d’optimiser sa santé

Syndrome croisé supérieur ou non, les saines habitudes de vie sont essentielles si votre souhait est de vivre pleinement. Dans l’optique où vous êtes une clientèle à risque de le développer, prenez toutefois ces habitudes afin de maximiser votre potentiel de santé :

  1. Limitez le temps passé devant les écrans ou la télévision.
  2. Si vos tâches quotidiennes impliquent les écrans sur une longue période de temps, prenez des pauses régulières, soit 5 minutes par demi-heure.
  3. Soyez conscients de vos douleurs : évitez les activités, postures ou mouvements qui les reproduisent.
  4. Utilisez un casque d’écoute au travail.
  5. Positionnez l’écran de votre ordinateur, votre téléviseur, votre portable ou votre cellulaire au niveau de vos yeux.
  6. Assurez-vous que votre posture de travail soit optimale.
  7. Ajustez le volant de votre voiture convenablement.
  8. Assurez-vous que votre oreiller soit adéquat, selon vos besoins.
  9. Utilisez une chaise de travail réglable en hauteur, dont l’assise et le dossier s’inclinent et qui a des appuis-bras ajustables en hauteur et en largeur.
  10. Utilisez un support lombaire.
  11. Pratiquez l’activité physique sur une base régulière.

Conseil #12: n’ignorez et ne masquez pas vos douleurs. La chiropratique est là pour vous!

L’apparition d’une douleur est en quelque sorte un signal d’alarme. Si elle s’installe, c’est que votre corps perd sa capacité à se réguler par lui-même et que son équilibre (homéostasie) est perturbé.

Le 12e conseil est sans aucun doute celui qui pourra vous guider davantage vers une santé optimale.

Votre chiropraticien se distingue par sa formation et son expertise dans le diagnostic et le traitement des troubles posturaux comme le syndrome croisé supérieur.

En fonction de la condition, il aura comme objectif d’optimiser la santé en redonnant du mouvement aux dysfonctions articulaires, en diminuant les tensions musculaires, en rééquilibrant les chaînes musculaires et en améliorant la posture.

La chiropratique saura donc prendre en considération toutes les facettes de votre quotidien et vous proposer un suivi global, en plus des 11 conseils cités précédemment.

  • Questionnaire en lien avec la santé générale et les douleurs présentes.
  • Évaluation neurologique, musculaire, vertébrale et articulaire afin d’obtenir une image précise de votre condition physique et déterminer les subluxations vertébrales impliquées.
  • Recommandation d’examens complémentaires au besoin.
  • Ajustements chiropratiques en fonction de votre condition.
  • Travail de tissus mous afin d’aider les muscles impliqués à travailler de façon optimale.
  • En ciblant les groupes musculaires atteints dans le syndrome croisé supérieur, des exercices de renforcement pour les muscles hypotoniques et des exercices d’étirement pour les muscles hypertoniques pourront vous être recommandés.
    • Les exercices de renforcement pourront avoir cet impact :
      • Activer la fonction musculaire
      • Améliorer l’endurance musculaire
      • Augmenter la force musculaire
      • Améliorer la coordination générale
      • Améliorer les performances au quotidien
      • Améliorer la posture générale
      • Optimiser la chaîne de mouvement
    • Les exercices d’étirement aideront à :
      • Réduire les tensions musculaires
      • Diminuer les douleurs
      • Améliorer la circulation sanguine au sein du muscle
      • Diminuer les raideurs musculaires
      • Augmenter les amplitudes de mouvement du muscle
      • Améliorer la posture générale
    • Des changements posturaux seront à évaluer dans vos habitudes de vie :
      • Posture de sommeil
      • Posture de travail
      • Posture de lecture
      • Posture dans la voiture (ajustement du volant et du siège)
      • Ajustement du vélo au besoin

Proposer des conseils personnalisés et offrir des options naturelles par des ajustements chiropratiques, voilà l’essence même de notre profession. Tout ça dans l’optique de traiter la cause d’un problème et d’optimiser la fonction du système nerveux.

Chiropratique : compétence, rigueur, dévouement.

Sources telles que consultées le 29 mars 2022
How to Fix Forward Head Posture [Guide] | NASM
Upper crossed syndrome: Causes, symptoms, and exercises (medicalnewstoday.com)
Correcting Upper Crossed Syndrome | NASM
The effect of middle and lower trapezius strength exercises and levator scapulae and upper trapezius stretching exercises in upper crossed syndrome – PMC (nih.gov)

Categories Fonctionnez mieux

3 raisons qui pourraient expliquer l’augmentation spectaculaire des demandes de consultation en chiropratique

L’engouement phénoménal qu’a connu la chiropratique dans la dernière année en a pris plusieurs par surprise. L’achalandage a toujours été en croissance, mais la pandémie a créé un boom sans précédent de demandes de consultations en chiropratique.

Mais qu’est-ce qui explique cette explosion soudaine de popularité? Voici 3 raisons qui, sous toutes réserves, pourraient bien éclaircir ce mystère.

1. Le télétravail et la sédentarité

Le nombre de travailleurs qui ont dû aménager un bureau de fortune à la maison depuis mars 2020 est considérable. Mais ce n’est pas tout le monde qui avait l’espace, les ressources, ni les connaissances pour s’installer de façon ergonomique. D’autant plus que la plupart d’entre eux s’attendaient à ce que ce soit temporaire.

Quelques semaines sont passées, puis les malaises physiques se sont mis à pointer le bout de leur nez : tensions au cou, douleurs dans le bas du dos, maux de tête, engourdissement des mains, raideurs entre les omoplates, douleurs aux poignets, coudes et épaules, fragilité du nerf sciatique, etc.

Une douleur qui apparait chaque jour au travail, c’est handicapant. Il s’agit d’ailleurs d’un incitatif majeur pour consulter un professionnel de la santé qui saura régler le problème.

Quand l’ergonomie du bureau de travail est à l’origine de la douleur, il est important de remédier à la situation en adaptant son environnement à sa morphologie. Pour en savoir plus sur l’aménagement d’un bureau de travail à la maison, consultez cet article.

Alors qu’il n’a jamais été aussi sage d’être en pleine santé, la pandémie a paradoxalement mené la population québécoise vers encore plus de sédentarité. Les accès aux salles de sports et aux différentes activités physiques collectives en présentiel étant presque nul, la plupart d’entre nous avons adopté un mode de vie moins actif.

Netflix, vous connaissez? Qui dit Netflix, dit positions prolongées dans le sofa.


Sachant que l’activité physique est reconnue pour réduire les douleurs physiques et que les mauvaises postures sont la cause de bien des maux, il n’est pas étonnant de constater que le cocktail de sédentarité occasionné par la pandémie ait considérablement augmenté le nombre de personnes souffrant de malaises physiques tels que des maux de dos, des douleurs, des maux de tête, aux épaules ou des torticolis.

Pour lutter contre la sédentarité à la maison, consultez cet article.

2. Le stress et la détresse émotionnelle

L’humain a une extraordinaire capacité d’adaptation, particulièrement lorsqu’il est à son plein potentiel de santé. Mais il a aussi ses limites. La vitesse à laquelle nous avons dû faire face aux changements ces derniers mois a largement dépassé la capacité d’adaptation de plusieurs.

Tous les plans de nos vies ont changé : notre quotidien, nos habitudes, nos relations, notre rapport à la sécurité, notre liberté. La pandémie laisse d’énormes cicatrices, même que certaines plaies sont encore bien ouvertes.


Le stress n’est pas néfaste en soi, il le devient lorsque son intensité ou sa fréquence dépasse la capacité d’adaptation de l’organisme. C’est à ce moment-là que le cerveau perçoit les agents stresseurs comme des dangers potentiels et déclenche des cascades neurologiques et biochimiques qui serviront à le protéger.

Malheureusement, ces processus archaïques (qui ont bien servi nos ancêtres Cro-Magnon, avouons-le) ne sont pas encore adaptés à notre mode de vie moderne, dans lequel un danger n’est plus associé à la présence temporaire d’un lion, mais plutôt à une menace chronique plus ou moins réelle, comme le manque d’argent ou la pression de performance au travail.

Lorsqu’elles sont chroniques comme c’est souvent le cas de nos jours, ces cascades biochimiques entraînent un déséquilibre du système nerveux et provoquent une pléiade de symptômes physiques et émotionnels : anxiété, tensions, douleurs, maux de tête, dépression, problèmes digestifs, hypertension et plus encore.

L’insécurité financière, la solitude, l’instabilité, la peur du virus et de ses conséquences et la division de la société sont autant de sources de stress qui peuvent être à l’origine de douleurs au dos, tensions au cou et aux épaules, de maux de tête et autres symptômes qui sont des motifs de consultation fréquents en chiropratique.

Pour en connaitre davantage sur le stress et les façons de mieux le gérer, consultez cet article.

3. Budget et disponibilité

La pandémie a amené son lot de restrictions en tout genre : voyage, activités, déplacements, rencontres, restaurants, gym, etc.

Ce sont toutes des dépenses qui occupaient jadis une bonne portion du budget et du calendrier.

Ce qui a, au final, laissé pour plusieurs, plus d’argent et plus de temps pour prendre soin de soi. Les professionnels de la santé sont unanimes : les listes d’attente n’ont jamais été aussi longues, et ce, même dans le secteur privé (chiro, masso, physio, psycho, naturo…).

Quand on y pense, c’est bien logique. Ça aura au moins eu cet effet positif : prendre plus de temps pour soi, vivre plus lentement, se soigner et profiter du moment présent.

Voilà donc 3 raisons pour lesquelles les demandes de consultations ont drastiquement augmenté dans les cliniques chiropratiques au cours des derniers mois.

Seul l’avenir saura nous dire comment la situation évoluera.

D’ici là, prenez l’habitude de réserver vos rendez-vous chez votre chiropraticien d’avance afin de vous assurer une place dans le créneau horaire qui vous convient.

Evaluations Google
5.0
Basé sur 11 avis
×
js_loader