Categories Fonctionnez mieux

5 solutions pour soulager la douleur au talon d’une fasciite plantaire

Vous ressentez une douleur lancinante au talon, particulièrement intense au lever ou après de longues périodes en position debout? Vous souffrez peut-être d’une fasciite plantaire, une inflammation de la bande fibreuse qui relie l’os du talon à la base des orteils.

La fasciite plantaire, aussi appelée fasciapathie plantaire ou aponévrosite plantaire, est relativement fréquente. Elle touche environ 10 % de la population, plus souvent les personnes de 40 à 60 ans. La douleur, décrite comme une aiguille sur le talon, est souvent pire après l’exercice.

La douleur au talon due à la fasciite plantaire dure entre 6 et 18 mois lorsqu’elle n’est pas traitée.

C’est vrai que c’est long! Mais la bonne nouvelle, c’est que 97% des douleurs au talon disparaissent en moins de 6 mois lorsqu’un traitement est prodigué.

Et l’épine de Lenoir?

L’épine de Lenoir a longtemps été pointée du doigt pour expliquer les douleurs au talon. Aujourd’hui, la science a plutôt démontré qu’elle n’était pas en cause.

De nombreuses personnes ont une épine de Lenoir sans ressentir de douleur. C’est plutôt l’inflammation à l’insertion du fascia plantaire qui est à l’origine de la douleur. L’épine de Lenoir est donc une conséquence de la fasciite plantaire et peut être asymptomatique.

Avant de continuer votre lecture, nous vous suggérons fortement de consulter un professionnel de la santé qualifié, comme un chiropraticien afin d’obtenir un diagnostic.

Votre douleur au talon pourrait aussi bien être le résultat d’une fracture, d’un problème lombaire, d’une ostéoarthrite, d’une arthrite inflammatoire, d’un syndrome du tunnel tarsien et plus rarement d’une tumeur ou d’une métastase.

Un diagnostic vous fera économiser temps et argent puisque vous entamerez dès le départ le bon traitement. C’est pourquoi nous vous suggérons fortement de consulter un professionnel de la santé qualifié, comme un chiropraticien afin d’obtenir un diagnostic.

Votre douleur au talon est bien une fasciite plantaire?

Voici 5 solutions naturelles pour soulager et traiter la douleur au talon.

1- La chiropratique et les autres approches holistiques pour soulager et traiter la douleur au talon

En consultant un chiropraticien pour votre douleur au talon, vous faites d’une pierre, deux coups. Étant un professionnel de la santé de premier contact, le chiropraticien pourra d’abord poser un diagnostic et vous proposer un plan de soins personnalisé.

Le chiropraticien utilisera diverses modalités de traitement comme l’ajustement chiropratique, les mobilisations articulaires et les thérapies musculaires.

De par son approche globale, il pourra aussi vous proposer d’autres thérapies complémentaires, comme des étirements spécifiques.

L’acupuncteur et le massothérapeute peuvent aussi vous aider à soulager vos douleurs au talon. Ils ne sont toutefois pas habiletés à poser un diagnostic.

Le physiothérapeute pourra quant à lui, poser un diagnostic physiothérapeutique et proposer un plan de traitement. Cependant, il ne pourra pas recourir aux ajustements chiropratiques, un acte réservé aux chiropraticiens.

2- Les exercices pour soulager la douleur au talon

Les études ont démontré que les étirements étaient efficaces pour soulager la douleur au talon causée par la fasciite plantaire. Voici 2 étirements musculaires pour soulager la douleur au talon.

  1. L’étirement de l’arche plantaire.
    OPTION 1 : Installez-vous assis sur le sol, les jambes allongées. Agrippez les orteils du pied affecté en les tirant vers vous de façon à ressentir un étirement sous le pied. (Vous pouvez utiliser une sangle, une ceinture ou une serviette roulée pour vous aider au besoin).
    OPTION 2 : Debout près d’un mur, relevez les orteils et appuyez-les contre le mur. Avancez le corps de manière à ressentir l’étirement sous le pied.
    OPTION 3 : Assoyez-vous sur une chaise, croisez la jambe affectée sur l’autre. Agrippez les orteils et tirez doucement vers vous.
  2. L’étirement du mollet.
    OPTION 1 : Face au mur, prenez appui avec vos 2 mains et portez votre pied affecté vers l’arrière en le gardant à plat au sol. Reculez-le jusqu’à ressentir l’étirement dans le mollet.
    OPTION 2 : Placez le devant de votre pied sur le bord d’une marche d’escalier. Laissez tomber doucement les talons dans le vide de façon à ressentir l’étirement dans le mollet.

    Pour chacun des étirements : tenez la position au moins 30 secondes sans donner de coups. Recommencez 3 fois pour un total de 90 secondes. Répétez chaque série 2 à 3 fois par jour.
  3. La balle de massage. Massez le dessous de votre pied pendant quelques secondes à l’aide d’une balle de massage. Vous pouvez utiliser une balle spécialisée, mais une simple balle de tennis fera l’affaire. Roulez la balle sous le pied plusieurs fois par jour, mais attention de ne pas en faire trop, ce qui risquerait d’aggraver l’irritation et l’inflammation. Concentrez-vous sur les zones plus sensibles. Petite astuce : si vous travaillez assis, conservez la balle sous votre bureau pour y avoir accès facilement et rapidement.

3. Modifiez vos habitudes pour soulager vos douleurs au talon

La douleur au talon est aggravée par certains facteurs :

  • Surplus de poids
  • Port de souliers plats ou à talons hauts
  • Nouvelles chaussures
  • Sport: modification d’une routine, surcharge, nouveauté…
  • La position debout prolongée (sur une surface dure de surcroît)

Afin de réduire l’inflammation, pensez d’abord à adopter une alimentation anti-inflammatoire. (Si vous avez un surplus de poids, entamer des démarches pour perdre quelques kilos vous sera d’un grand secours.

Portez des souliers avec un talon légèrement surélevé, évitez à tout-prix les sandales estivales qui n’ont pas de support arrière (les “gougounes”). Lorsque vous achetez de nouvelles chaussures, particulièrement des chaussures de sport, portez-les de façon graduelle.

La course à pied, le ballet, la danse aérobique et les appareils de fitness de type “stairmaster” ou elliptique sont des exemples d’activités qui peuvent déclencher ou aggraver une douleur au talon. En attendant une amélioration significative, choisissez plutôt des activités à faible impact comme le vélo, la natation, le yoga, etc.

La position debout prolongée peut être un facteur aggravant, voire un déclencheur. Pensez à réduire le temps dans cette position et à faire un retour graduel une fois que les douleurs seront disparues.

4- Gérer l’inflammation et la douleur au talon

L’inflammation induite par les surcharges de tension sur le fascia plantaire est en partie responsable de la douleur au talon.

Il existe des façons naturelles de mieux gérer cette inflammation afin d’en assurer une résorption saine.

La médecine traditionnelle propose souvent la prise d’anti-inflammatoires, une solution temporaire qui engendre fréquemment des effets secondaires néfastes. Lisez notre article sur le sujet.

Votre chiropraticien vous suggérera plutôt l’application de glace (cryothérapie) pour vous aider à soulager votre douleur au talon causée par une fasciite plantaire.

Il existe aussi des produits de santé naturels comme le curcuma et les omégas-3 qui peuvent aider à calmer le processus inflammatoire. Des huiles essentielles comme la menthe poivrée, la gaulthérie (thé des bois), le copaïer, l’encens et la citronnelle (lemongrass) peuvent aussi contribuer à réduire la douleur, les tensions musculaires et l’inflammation. Consultez un professionnel de la santé pour des conseils avisés.

Pour en savoir plus sur l’inflammation chronique, consultez cet article.

5- Les soutiens orthopédiques pour soulager la douleur au talon : orthèse, attelle et taping musculaire

  1. Orthèse. Des études démontrent que les orthèses sont efficaces pour soulager la douleur au talon due à la fasciite plantaire. Selon plusieurs de ces études, aucune différence d’efficacité n’a été démontrée entre les orthèses préfabriquées et celles faites sur mesure.
  2. Taping. Le taping musculaire est une option intéressante et peu coûteuse pour soulager et traiter la douleur au talon due à la fasciite plantaire. Il existe de nombreux types de rubans et d’applications. Plusieurs vidéos tutoriels sont disponibles sur le web, mais nous vous recommandons de consulter un professionnel, comme un chiropraticien, formé en taping kinésiologique pour vous aider à bien choisir le type de taping qui vous convient.
  3. Attelles de nuit. Les attelles de nuit s’avèrent efficaces lorsque les autres modalités tardent à offrir un soulagement. Le but de l’attelle de nuit est de forcer la dorsiflexion du pied pendant le sommeil. Voici un exemple d’attelle de nuit pour contrer la douleur au talon due à la fasciite plantaire.

Vous ne savez pas trop par quoi commencer? Consultez un chiropraticien dans les plus brefs délais. Il vous aidera à mettre en place un plan de traitement et vous accompagnera dans le choix des options qui s’offrent à vous.

Une chose est sûre, ne rien faire augmente les risques que votre douleur au talon devienne chronique et interfère avec vos activités quotidiennes.

Categories Fonctionnez mieux

Des solutions naturelles pour mieux gérer les douleurs chroniques

Vous ressentez des inconforts physiques chaque jour et vous avez l’impression que votre douleur a pris le contrôle de votre vie?

Vous êtes fatigué, irritable, anxieux voire déprimé?

La douleur vous empêche de faire vos tâches domestiques, de pratiquer votre sport préféré, de vous occuper de vos proches et même de prendre part à vos activités sociales?

Vous avez peut-être tenté plusieurs approches pour la soulager, mais la douleur est toujours là?

Vous êtes loin d’être seul dans cette situation. Entre 20 et 50 % de la population souffrirait de douleurs chroniques. Un phénomène qui prend de l’ampleur et qui coûte cher.

Dans cet article, vous découvrirez comment fonctionne la douleur chronique et quelles sont les solutions naturelles pour y remédier.

La douleur : un garde-du-corps

La douleur est un phénomène assez complexe qui engage plusieurs processus physiologiques dont l’inflammation, l’immunité et les émotions.

Tout commence au cœur du système nerveux. Chaque organe ou tissu du corps est recouvert de récepteurs, des petits capteurs qui servent à détecter la température, la pression et la douleur.

La mission des récepteurs est de protéger l’intégrité physique en envoyant des signaux au cerveau. Lorsqu’un stimulus dangereux ou potentiellement dangereux excite le récepteur, un signal d’alarme est envoyé au cerveau qui répondra par une sensation d’inconfort ou de douleur.

Cette douleur est essentielle. Sans elle, vous pourriez marcher sur un pied fracturé ou vous balader sans peine avec une plaie ouverte. Vous imaginez le topo!

La douleur est là pour que vous preniez action. L’objectif principal étant de corriger la cause sous-jacente de cette douleur et de permettre au processus de guérison de se compléter.

Prenons un exemple simple. Votre douce moitié vous marche sur le pied par inadvertance. Vos récepteurs de douleurs sont déclenchés et vous ressentez immédiatement une douleur. Vous repoussez votre partenaire et retirez rapidement votre pied. La douleur se prolonge quelques secondes et puisque la cause a été adressée (le pied de votre conjoint.e) et que les tissus ne sont pas endommagés, elle s’estompe graduellement. Fin de l’histoire.

Lorsque la cause n’est pas réglée – lors d’un déplacement articulaire post-traumatique par exemple – et/ou que les tissus sont endommagés, la douleur peut persister. Si elle dure plus de 3 mois, on parle alors de douleur chronique.

Les douleurs chroniques les plus fréquentes

De douleur aiguë à douleur chronique

Il arrive parfois que la cause soit retirée et que les tissus réparés, mais que la douleur continue d’être ressentie. Ce phénomène neurologique encore mal compris se nomme facilitation.

Les circuits neuronaux associés à cette douleur ont été si souvent ou intensément empruntés, qu’ils se déclenchent sans raison. Un peu comme si le sentier neurologique entre le tissu et le cerveau avait tellement été battu, qu’il s’était élargi et transformé en route principale. Une route facile d’accès et aisément praticable.

Il se peut aussi que le cerveau devienne hyper-réactif aux stimuli douloureux (hyperalgésie), un phénomène qui contribue à l’apparition de douleurs lorsqu’ils n’y a pas de stimuli douloureux (allodynie).

La douleur chronique n’est donc plus considérée comme étant une simple extension de la douleur aiguë, mais plutôt comme un désordre du système nerveux qui implique des changements structuraux et chimiques.

Le processus inflammatoire est aussi souvent impliqué dans le développement des douleurs chroniques. En temps normal, l’inflammation fait son apparition pour entamer la réparation et la guérison d’un tissu. Elle se résorbe normalement lorsque le travail est complété. On parle alors de résolution, dans le cadre d’un processus inflammatoire sain.

Toutefois, sans qu’on ne sache vraiment pourquoi, il arrive que la résolution ne survienne jamais et que le cycle inflammatoire continue. On parle alors d’inflammation chronique.

Douleur ou souffrance

Dans son livre La douleur repensée, le Dr Gaétan Brouillard distingue douleur et souffrance. “ La douleur est très variable selon les périodes et selon chaque individu. Du fait même de sa subjectivité, l’émotion vient teinter le ressenti de la douleur et la transpose en souffrance. Le corps souffre davantage lorsque la psyché se met de la partie.”

La dimension émotionnelle de la douleur ajoute une complexité supplémentaire à la douleur chronique. La manière dont la douleur est perçue à travers le filtre des émotions jouera un rôle primordial dans sa gestion.

Que faire pour soulager naturellement les douleurs chroniques?

Puisque la douleur chronique est aussi complexe, il est logique de penser globalement lorsque vient le temps de trouver des moyens de la soulager.

La médecine traditionnelle, de par son approche symptomatique, ne connaît pas un grand succès pour traiter les douleurs chroniques.

Les thérapies alternatives holistiques comme la chiropratique, qui s’inscrivent dans une approche plus globale ont des taux de réussite beaucoup plus élevés.

La chiropratique, une approche naturelle efficace pour soulager les douleurs chroniques

D’ailleurs, près de 40 % des gens qui consultent en chiropratique le font en raison d’une douleur chronique.

La chiropratique peut vous aider si vous souffrez de douleurs chroniques. Avec son approche globale, le chiropraticien pourra vous prodiguer des conseils sur votre style de vie, en plus de procéder à des ajustements chiropratiques et d’autres thérapies complémentaires.

L’ajustement chiropratique est unique. Il agit principalement sur le système nerveux, en normalisant sa fonction. Comme vous l’avez lu plus haut, c’est le système nerveux hyperactif qui est souvent au cœur des douleurs chroniques.

Mais les avantages ne s’arrêtent pas là. Vous vous souvenez que les cycles de douleur et d’inflammation ne pouvait être résolus tant que la cause du problème était toujours présente?

Et bien voilà que la chiropratique adresse justement la cause des problèmes. Un désalignement articulaire (nommé subluxation) est souvent à l’origine des déséquilibres musculaires menant aux douleurs chroniques.

De nombreuses études ont démontré que l’approche chiropratique était plus efficace que l’approche médicale traditionnelle pour soulager les douleurs chroniques.

Ce n’est tellement étonnant puisque la médecine traditionnelle ne cherche pas à régler la cause sous-jacente du problème mais vise plutôt à soulager la douleur à l’aide de médicaments. Médicaments, qui disons-le, créent d’autres problèmes dont la dépendance, des troubles de l’humeur, des déséquilibres hormonaux, des problèmes digestifs et une diminution de l’immunité.

Les médicaments antidouleurs sont loin d’être sans risques. Consultez cet article de blogue pour en apprendre plus sur les opioïdes.

Le style de vie qui change tout

L’assiette antidouleur

Quand il est question de gestion de la douleur et de l’inflammation, la première chose à revoir est le style de vie, à commencer par l’alimentation.

Elle est à la base de notre fonction organique. Elle fournit les outils de travail pour maintenir la santé et l’équilibre. Et vous savez sûrement qu’on ne se rend pas bien loin dans un projet sans les bons outils, n’est-ce pas?.

Il existe de nombreux courants en alimentation. Bien que plusieurs différences éloignent ces approches, il n’en demeure pas moins qu’elles ont ceci en commun : elles préconisent la qualité nutritionnelle : plus de légumes et de fruits, moins de sucres raffinés et de produits transformés.

Un microbiote équilibré (bonnes bactéries qui colonisent le corps) est très important pour contrer l’inflammation. Les aliments fermentés, les fibres prébiotiques et les suppléments de probiotiques peuvent contribuer à la construction et au maintien d’un microbiote sain. Pour connaître des astuces pour nourrir son microbiote, consultez cet article.

Parmi les vitamines et minéraux, la vitamine D, la vitamine B12 et le magnésium ont un rôle important à jouer dans la gestion de la douleur chronique. De plus, nombreuses sont les personnes qui présentent une carence de ces micronutriments.

Les acides gras oméga-3 sont aussi largement impliqués dans le processus inflammatoire et dans la fonction immunitaire. Il est conseillé de consommer régulièrement du poisson ou encore des végétaux qui en contiennent (lin, caméline, chia…).

Certains aliments ont des propriétés inflammatoires ou anti-inflammatoires. En connaître la liste et privilégier les aliments qui réduisent l’inflammation peuvent aider à soulager les douleurs chroniques.

Le mouvement qui fait du bien

C’est connu que l’exercice physique est un incontournable dans la gestion de la douleur chronique. L’apport en oxygène et l’augmentation de sécrétion d’endorphines qu’entraîne l’exercice contribuent à soulager les douleurs chroniques. De plus, garder le corps en mouvement assure le maintien d’une mobilité, d’une flexibilité et d’une force qui auront certes un impact sur la qualité de vie.

Se calmer les nerfs!

La saine gestion du stress est un sujet de plus en plus abordé de nos jours. Le stress est l’une des causes principales de la subluxation et de l’inflammation chronique. Il est contribue aussi au déséquilibre émotionnel et aux troubles de sommeil.

Quand on parle d’approche globale, on parle aussi d’apprendre à rester zen. Il existe différentes techniques pour mieux gérer son stress : yoga, méditation, techniques de respirations profondes, tai-chi, exercice physique modéré, massothérapie, activités sociales, etc. Consultez cet article de blogue pour en apprendre plus sur la gestion saine du stress.

La supplémentation, les produits de santé naturels et autres solutions

Quand on parle d’approche globale pour la gestion des douleurs chroniques, on parle bien sûr du style de vie, mais aussi de supplémentation et de différents produits naturels dérivés des herbes et des plantes qui peuvent soutenir les efforts de réduction de la douleur chronique.

Comme mentionné précédemment, certains micronutriments comme les vitamines D et B12 ou le magnésium et les polyphénols peuvent aider à mieux gérer les douleurs chroniques.

En fonction de la cause de la douleur et du type de douleur chronique (neurologique, articulaire, inflammatoire, etc.) on pourra choisir d’autres produits naturels pour soulager.

Des huiles essentielles comme le sapin, le copaïer, la marjolaine, la menthe poivrée, la citronnelle ou la gaulthérie couchée peuvent apaiser des douleurs chroniques lorsqu’elles sont appliquées de façon topique.

D’autres suppléments comme la glucosamine, le collagène ou le curcuma sont aussi reconnus pour soulager les douleurs chroniques.

Diverses thérapies comme l’acupuncture, la massothérapie et même les thérapies psychologiques comme l’approche cognitivo-comportementales peuvent aussi favoriser une meilleure gestion de la douleur chronique.

Afin de mieux gérer vos douleurs chroniques, il est préférable d’opter pour une approche globale qui inclut une alimentation saine, de l’exercice physique, une bonne gestion du stress, un sommeil adéquat et diverses thérapies émotionnelles et physiques comme la chiropratique.

Références (telles que consultées le 17 septembre 2020)

Brouillard, Dr Gaétan, La douleur repensée, Les éditions de l’Homme, 2017, 242 pages.

Herman Patricia et coll, Characteristics of Chiropractic Patients Being Treated for Chronic Low Back and Neck Pain, Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, Volume 41, numéro 6, July–August 2018, Pages 445-455.

Hays RD, Spritzer KL, Sherbourne CD, Ryan GW, Coulter ID. Group and Individual-level Change on Health-related Quality of Life in Chiropractic Patients With Chronic Low Back or Neck Pain. Spine (Phila Pa 1976). 2019;44(9):647-651. doi:10.1097/BRS.0000000000002902

Scholz J. Mechanisms of chronic pain. Mol Pain. 2014;10(Suppl 1):O15. Published 2014 Dec 15. doi:10.1186/1744-8069-10-S1-O15

https://www.chiropractic.ca/blog/how-chiropractic-care-can-help-manage-chronic-pain/

https://spinalresearch.com.au/the-impact-of-spinal-manipulation-on-nitric-oxide-substance-p-and-pain-perception/

http://s3.amazonaws.com/rdcms-iasp/files/production/public/6_Global%20Year%202020%20Nutrition%20and%20Chronic%20Pain%20Fact%20Sheet.pdf

https://spinalresearch.com.au/chronic-pain/

https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/douleur

https://www.acatoday.org/Research/What-Research-Shows

https://www.canada.ca/fr/sante-canada/organisation/a-propos-sante-canada/mobilisation-publique/organismes-consultatifs-externes/groupe-travail-douleur-chronique/rapport-2019.html

https://draxe.com/health/chronic-pain-management/

Categories Fonctionnez mieux

Crise des opioïdes : comment la chiropratique peut-elle faire la différence?

Une enquête a révélé que plus de 90 % des Canadiens ont souffert d’une douleur musculo-squelettique au cours de 2016. Environ 20 % d’entre eux sont affectés par une douleur chronique. Il s’agit d’un véritable fléau de notre société. Mais il y a pire : le traitement médical proposé pour les soulager. On parle ici des opioïdes, ces petites pilules qui semblent si inoffensives, mais qui ont causé la mort de plus de 2800 Canadiens en 2016.

Peut-être en avez-vous déjà consommé vous-même sans être conscient qu’il s’agissait de ce type de médicament? Il s’agit de codéine, fentanyl, morphine, oxycodone, hydromorphone et héroïne thérapeutique, notamment commercialisés sous les noms de Duragesic, Dilaudid, Vicodin, Demerol, OxyContin et Percolet.

La crise des opioïdes

Une sévère crise sévit actuellement au Canada et les autorités médicales ont littéralement perdu le contrôle. Notre pays se classe parmi les plus grands consommateurs d’opioïdes au monde, des centaines de milliers de Canadiens ont développé un usage abusif de cette drogue.

Comment a-t-on pu en arriver là? Depuis plus de dix ans, le nombre de prescriptions a grimpé en flèche. Le problème, c’est que les opioïdes créent une dépendance extrêmement forte, et ce, très rapidement. Des études suggèrent qu’entre 15 et 25 % des patients qui consomment des opioïdes deviennent dépendant après seulement une prescription!

Plusieurs facteurs ont entraîné cette escalade, notamment l’accessibilité à cette classe de médicament. En effet, les opioïdes sont couverts par la plupart des assureurs et peuvent être prescrits par tous les médecins. « La demande pour les opioïdes provient de cette fausse idée que toute douleur, incluant les douleurs chroniques, peut être traitée par une pilule »1, peut-on lire dans le rapport préliminaire (novembre 2017) de la Coalition pour la sécurité et l’efficacité dans la gestion de la douleur, groupe formé de divers professionnels de la santé, dont des chiropraticiens, physiothérapeutes, psychologues, ergothérapeutes, infirmières et orthopédistes.

Ajoutons à cela la disponibilité des opioïdes sur le marché noir et nous avons une combinaison gagnante.

Peu efficaces, mais risqués

Les études démontrant que les opioïdes entraînent peu ou pas de résultats dans le traitement de la douleur sont de plus en plus nombreuses. Ils n’offrent pas plus d’amélioration que d’autres traitement (comme les thérapies manuelles) dans le rétablissement de la fonction, le retour au travail et la qualité de vie. Même leur efficacité pour traiter la douleur sur douze semaines n’a pas été clairement établie.

La cerise sur le sundæ? Comparés à d’autres traitements disponibles, comme les soins chiropratiques, les opioïdes présentent des risques énormes et des effets secondaires nombreux :

  • Mort (arrêt respiratoire)
  • Dépendance et toxicomanie
  • Surdose
  • Dépression
  • Constipation chronique
  • Ostéoporose
  • Nausée
  • Maux de tête
  • Dommages au foie
  • Infertilité chez la femme, impuissance chez l’homme
  • Aggravation de la douleur (paradoxal, n’est-ce pas?)

Une nouvelle approche pour une meilleure gestion de la douleur

On compte parmi les problèmes principaux pour lesquels les opioïdes sont prescrits les douleurs lombaires chroniques, les douleurs cervicales chroniques et les maux de tête chroniques. La chiropratique est reconnue depuis des décennies pour traiter ce type de problème. Les études sont nombreuses à démontrer que les soins chiropratiques sont non seulement efficaces, mais aussi sécuritaires dans le traitement des maux de dos, de cou et des céphalées (maux de tête). « Pratiquement tous les Canadiens (90 %) qui ont eu recours aux services d’un chiropraticien pour soulager leurs douleurs musculaires et articulaires ont jugé que cela les avait aidés… ».

« Les opioïdes traitent la douleur comme un symptôme et ne règlent pas la cause ou le trouble de santé sous-jacent ». De plus, les effets des opioïdes diminuent avec le temps, laissant le patient seul avec sa douleur et un problème encore plus difficile à traiter. 1

Les soins chiropratiques agissent directement sur la cause du problème. Ils restaurent la biomécanique articulaire certes, mais optimisent aussi le système nerveux, responsable des processus de douleur et de guérison. Une pierre, deux coups!

La douleur chronique n’est pas toujours une affaire de tissus endommagés. La douleur peut être présente sans dommages tissulaires et des dommages tissulaires peuvent exister sans douleur. La perception de la douleur est influencée par les aspects émotionnels, cognitifs, sensoriels et sociaux du patient. On soupçonne aussi que des changements structuraux dans le cerveau pourraient contribuer à la douleur chronique. C’est pourquoi une approche globale est essentielle dans une optique de rétablissement optimal. La coopération entre différents professionnels de la santé comme les psychologues et les ergothérapeutes contribue grandement au succès de la thérapie.

Un problème de visibilité et d’accessibilité?

La Coalition pour la sécurité et l’efficacité dans la gestion de la douleur lance un cri d’alarme aux autorités : « L’absence d’alternatives connues et accessibles dans le système de la santé contribue à la surprescription d’opioïdes comme première ligne de traitement », écrit-elle dans son rapport.

En d’autres mots, soit on ignore la présence de ces autres thérapies, soit on ne peut y accéder faute de moyens, principalement financiers. En tant que société, il faudra réfléchir sur les mesures à prendre pour améliorer la qualité de vie des personnes souffrant de douleurs chroniques. Offrir une plus grande accessibilité à des thérapies alternatives comme la chiropratique, la psychologie et l’ergothérapie en subventionnant des programmes spéciaux serait déjà un bon départ.

En sachant que le coût total estimé pour une seule prescription d’opioïdes (complications, effets secondaires, gestion de la dépendance, toxicomanie, etc.) est de 800 $ US, on se dit que cet argent est bien mal investi.

Malgré tout, il faudra se rappeler que, selon les experts, les opioïdes ont parfois leur place dans certains plans de traitement (douleurs cancéreuses, douleurs post-chirurgicales, douleurs post-traumatiques, soins palliatifs, etc.).

D’ailleurs, le rapport de la Coalition mentionne clairement que les autres thérapies, comme la chiropratique, ne sont qu’une partie de la solution. Elles pourront limiter le nombre de nouvelles expositions aux opioïdes, mais il faudra aider les patients déjà atteints de dépendance par d’autres moyens.

Alors avant de consommer des opioïdes (ou un autre médicament) pour soulager une douleur chronique, pourquoi ne pas d’abord tenter une approche en chiropratique?

 

1. https://www.chiropractic.ca/wp-content/uploads/2017/11/CSEPM-Interim-Report_FINAL.pdf
2. https://www.chiropractic.ca/fr/centre-des-medias/sasseoir-et-dormir-alimentent-la-crise-de-la-douleur-au-canada/
3. https://spinalresearch.com.au/studies-find-opiods-often-ineffective-back-pain/
4. https://www.jydionne.com/souffrez-vous-de-douleurs-chroniques/

Evaluations Google
5.0
Basé sur 11 avis
×
js_loader