Categories Fonctionnez mieux

Bonne posture et rentrée scolaire : un must pour vos enfants

Comment rendre la rentrée scolaire santé et efficace? Chaque année, c’est la même chose : on fait le tri de ce qui est encore utilisable, on achète ce qui manque, on passe en magasin pour trouver des vêtements adéquats et on termine en espérant que tous ces accessoires survivent aux 10 prochains mois sans être trop abîmés. Dans cet article, vous découvrirez nos secrets de santé pour vivre une rentrée scolaire sous le signe de la santé et de l’efficacité, autant à la maison que dans le sac à dos de vos ados!

Efficacité : quand l’action prend le dessus sur la perfection

Étiquettes de noms autocollantes qui s’agencent avec la couleur du sac à dos et de la boîte à lunch. Chaussures intérieures mode. Habit d’hiver de marque. Lunchs plus que complets. Pas étonnant que la rentrée soit pratiquement sur les lèvres de tous les parents dès le mois de juillet, n’est-ce pas? À trop vouloir que tout soit parfait, on perd l’essence de cette période de l’année. Si vous êtes de ceux et celles pour qui la rentrée scolaire est signe de stress , il se peut très bien que votre style de gestion ne soit pas celui qui vous convienne réellement! Pourquoi ne pas mettre de côté ces éléments stressants et y aller avec des actions qui vous collent plus à la peau? Une action qui vous rejoint sera toujours plus gagnante que le désir d’atteindre la perfection!

1. Les marques, toujours nécessaires?

Bien sûr que non! Vous le savez très bien.
Faites des recherches sur les avis donnés pour certains produits et demandez conseil aux parents qui ont l’expérience des rentrées scolaires vous verrez rapidement que ce n’est pas toujours nécessaire d’acheter en fonction du nom d’un produit. À bien y penser, la légèreté a aussi sa place dans la gestion du portefeuille, n’est-ce pas?

2. Toujours offrir des repas sans sucre ajouté, sans gluten et sans gras, c’est réaliste?

Entendons-nous : nous prônerons toujours la santé et la saine alimentation. En tant que chiropraticien, ces valeurs font partie intégrante de notre mission. Toutefois, gardez en tête la règle du 80-20 : il n’y a pas de mal à ce que vos enfants mangent des aliments moins santé une fois de temps en temps.

Une rentrée santé : pour que l’esprit et le corps restent alignés

Nos secrets de santé ne mettent pas seulement le physique à l’avant-plan. La santé ne se caractérise pas seulement par l’absence de maladie et nous sommes convaincus que le dicton “un esprit sain dans un corps sain” est essentiel afin de vivre pleinement.

La rentrée – et tout ce qui la touche de près ou de loin pendant les 10 mois du calendrier scolaire – devrait donc permettre à tous les membres de la famille d’y trouver leur compte pour optimiser leur santé. La posture sera le point d’ancrage de cet article et vous comprendrez que si elle est optimale, elle pourra contribuer au bien-être global de votre enfant.

La posture, encore et toujours

La posture optimale devrait être intégrée dès le jeune âge afin de permettre une bonne santé neurovertébrale. Les conseils de base sont toujours les mêmes, surtout en période scolaire :

  • La colonne vertébrale devrait être droite le plus possible, en respectant ses courbes naturelles
  • Éviter d’avoir des postures immobiles prolongées
  • Porter des chaussures qui aident à la stabilisation de l’arche plantaire et de la cheville
    Pour les enfants, ce conseil est primordial. Les pieds représentent la base de la posture. Les chaussures choisies pour l’année scolaire devraient toujours prendre en considération ce critère. Les chaussures de type ballerine pour les fillettes devraient être évitées. Optez plutôt pour des chaussures fermées qui remontent près de la cheville avec des lacets avec une semelle qui procure une stabilité. Si la chaussure peut être tordue sur elle-même, c’est que le support qu’elle offre n’est pas optimal. Votre enfant jouera, courra et fera des déplacements rapides : mieux vaut vous assurer qu’il puisse les faire de façon sécuritaire.
  • Choisir un sac à dos adapté
    Chaque année, ce conseil revient et est essentiel : le sac à dos de l’enfant devrait respecter certains critères afin de lui assurer une posture optimale.
  1. Assurez-vous que sa grosseur respecte les mensurations de votre enfant : pas plus large que la cage thoracique, pas plus bas que le pli au bas des fesses et pas plus haut que les épaules.
  2. Veillez à ce que les bretelles soient de bonne largeur : elles devraient mesurer environ 5 cm.
  3. Optez pour un tissu léger : les livres se chargeront d’augmenter le poids sur le dos de votre enfant!
  4. Le sac doit offrir un support ergonomique. Il devrait avoir 2 ceintures : une à la poitrine et l’autre au niveau des hanches. Elles devraient être attachées et permettre au sac d’être stabilisé près du corps et le plus près de la colonne vertébrale. Ceci diminue la charge imposée au bas du dos lorsque le sac est plein.
  5. Le sac à dos devrait être rempli optimalement
    Pour les enfants du primaire, le sac ne devrait pas dépasser 10 % du poids de l’enfant alors que pour le secondaire, ce ratio passe à 15 %.

Une rentrée sous le signe de la santé : Mieux vaut prévenir que guérir

En optant pour une posture optimale, on évite plusieurs conséquences à long terme :

Aller en aval lorsqu’il est question de santé est toujours payant à long terme. En inculquant de bonnes valeurs en lien avec la santé à vos enfants, vous investissez dans leur bien-être. La posture joue et jouera toujours un élément clé dans le quotidien, aussi bien en apprendre les bases rapidement!

Categories Fonctionnez mieux

Syndrome croisé inférieur : quand le bas du corps compense trop

Les temps changent. Bien que les technologies nous amènent plusieurs avantages, elles se taillent malheureusement une place grandissante dans les facteurs de risque associés aux douleurs physiques. La situation mondiale des derniers mois a contribué à augmenter le nombre de gens faisant du télétravail et les jeunes passent de plus en plus de temps devant les différents écrans qui sont à leur disposition. Qu’en est-il de leur posture? Quel impact physique cela peut-il avoir sur eux?

Dans cet article, vous comprendrez l’importance d’une bonne posture lors de l’utilisation des technologies afin de vous aider à maintenir un état de santé optimal. Nous aborderons principalement le syndrome croisé inférieur, puisque même si l’on pense souvent aux douleurs au haut du corps lorsqu’il est question d’écrans, le bas du corps n’est pas à négliger.

Le bas du corps paie souvent le prix lui aussi

L’utilisation des technologies est souvent associée à l’apparition de douleurs ou conditions au haut du corps :

La région lombaire, la région fessière, les hanches et les jambes ne sont cependant pas moins touchées par la posture à l’écran. Plusieurs symptômes ciblant ces régions vont toucher les travailleurs de bureau :

  • Douleur lombaire locale ciblant la colonne vertébrale lombaire
  • Douleur lombaire locale ciblant le côté gauche ou le côté droit
  • Douleur lombaire diffuse (qui s’étend d’un côté à l’autre)
  • Douleur ciblant le bassin, de façon unilatérale (1 seul côté) ou bilatérale (2 côtés en même temps)
  • Douleur ciblant les hanches, de façon unilatérale (1 seul côté) ou bilatérale (2 côtés en même temps)
  • Douleur dans 1 jambe
  • Douleur dans les 2 jambes
  • Engourdissement dans 1 jambe (ex.: problématique sciatique)
  • Engourdissement dans les 2 jambes
  • Raideurs lombaires

Ces douleurs peuvent être ou non reliées au syndrome croisé inférieur, mais sont régulièrement présentes chez les travailleurs de bureau. En consultant un professionnel de la santé ayant une expertise dans le domaine neuromusculosquelettique comme votre chiropraticien, vous serez en mesure de savoir si vos douleurs découlent de ce syndrome ou non. Vous obtiendrez ensuite un suivi et des recommandations appropriés à votre condition.

Le syndrome croisé inférieur : qu’en est-il réellement?

Comme le syndrome croisé supérieur, le syndrome croisé inférieur est principalement associé au travail de bureau. La posture inadéquate et/ou prolongée en est souvent le point de départ.

Il se définit comme un syndrome compensatoire dans lequel un débalancement est présent entre les différents groupes musculaires lombaires, fessiers, abdominaux et de la hanche. Certains sont hypotoniques (faibles, hyporéactifs, hypoactifs) alors que d’autres sont hypertoniques (forts, hyperréactifs, hyperactifs).

1. Muscles hypotoniques
a. Les abdominaux (grand droit, obliques internes et externes, transverse)
b. Les fessiers (grand, moyen et petit)

2. Muscles hypertoniques
a. Fléchisseurs de la hanche (psoas, droit fémoral, tenseur du fascia lata)
b. Érecteurs du rachis (thoraciques et lombaires)

Visuellement, on observe que les gens qui en sont atteints ont de plus une inclinaison avant de leur bassin.

À la lueur de cette image, vous comprendrez sans doute l’origine du nom du syndrome croisé inférieur en réalisant que les groupes musculaires hypotoniques et hypertoniques se croisent et forment un X.

Comment limiter l’apparition du syndrome croisé inférieur?

Comme mentionné précédemment, la posture inadéquate et/ou prolongée à l’ordinateur est souvent le point de départ du syndrome croisé inférieur.

Lorsqu’un travailleur de bureau est installé convenablement, les structures physiques sont supportées adéquatement. En conséquence, le stress qu’elles subissent est moindre si l’on compare avec une posture inadéquate.

Une mauvaise posture de courte durée n’est pas problématique en soi. Cependant, de façon prolongée, la capacité d’adaptation du corps sera limitée et il développera des compensations. Ces dernières auront comme objectif d’éviter les douleurs, mais créeront des changements physiques qui seront ensuite peut-être difficiles à contrôler. Le résultat pourra alors se diviser en 2 :

  1. Altérations de la posture afin d’éviter une douleur
  2. Apparition de la douleur suite à l’altération de la posture puisque le corps ne parvient pas à garder son équilibre face au stress constant qui lui est imposé.

Donc, bien que le corps cherche à compenser, la douleur finit toujours par ressortir en plus de l’altération de posture, puisque l’élément stressant persiste dans le temps.

C’est un cercle vicieux sur lequel on peut avoir un impact en modifiant certaines habitudes de vie comme la posture à l’écran :

  • Écran à une distance d’un bras par rapport à la tête, un peu plus bas que la hauteur des yeux et incliné vers l’arrière.
  • Épaules relâchées et avant-bras parallèles au sol.
  • Poignet au neutre ou légèrement en extension, idéalement déposé sur un repose-poignet.
  • Fauteuil avec support lombaire et ajustable en hauteur.
  • Accoudoirs réglables qui permettent aux coudes d’être à la largeur des épaules.
  • Cuisses parallèles au sol, sans pression derrière les jambes.
  • Pieds à plat sur le sol ou sur un repose-pied.
  • Casque d’écoute au besoin.
  • Pauses régulières afin de changer de posture

Astuce : pensez à la règle du 90 degrés, qui rappelle qu’une posture de travail de bureau optimale devrait permettre aux articulations suivantes d’être à 90 degrés :

  1. coudes
  2. hanches
  3. genoux
  4. pieds

En plus des recommandations faites sur la posture à l’écran, n’oubliez pas de bouger régulièrement. L’activité physique a des bienfaits inestimables pour la santé globale!

Le chiropraticien et le syndrome croisé inférieur : n’ignorez pas vos douleurs

Lorsqu’une douleur apparaît, c’est que le corps ne parvient pas à maintenir son équilibre et n’est plus en mesure de se réguler par lui-même. Puisque la chiropratique a pour objectif d’optimiser la santé neurovertébrale pour permettre au corps d’exprimer son plein potentiel, votre chiropraticien pourrait grandement vous aider dans le suivi du syndrome croisé inférieur.

En procédant de la façon suivante, il pourra évaluer votre état de santé, établir un diagnostic chiropratique, traiter les subluxations vertébrales et émettre des recommandations qui viseront à améliorer votre santé globale :

  1. Anamnèse (période de questions sur la santé générale)
  2. Examen physique complet (neurologique, musculaire, vertébral et articulaire)
  3. Examens complémentaires au besoin (ex.: radiographies)
  4. Ajustements chiropratiques ou manipulations articulaires des extrémités selon votre condition
  5. Utilisation de thérapies complémentaires au besoin (ex.: travail des tissus mous, ultrasons, TENS)
  6. Recommandations d’exercices d’étirement ou de renforcement selon les groupes musculaires impliqués
  7. Recommandations sur certaines habitudes de vie comme les changements posturaux mentionnés plus haut

En formant une équipe avec son patient, le chiropraticien a pour objectif de déterminer la cause d’un problème pour ensuite permettre à celui qui le consulte d’être soulagé de ses douleurs, mais surtout, d’optimiser sa santé et le fonctionnement de son système nerveux.

N’hésitez pas à consulter votre chiropraticien, son expertise pourrait vous être grandement bénéfique!

Evaluations Google
5.0
Basé sur 11 avis
×
js_loader